Vies oubliées

Vies oubliées [vi ublije], néol., façon de donner à lire le reliquat de ses recherches, inventée par Arlette Farge.

Dans la trame du récit d’histoire, gouverné par l’administration de la preuve et la chronologie, affleurent des fragments de vie, échos fugaces d’un passé qui nous parvient en vrac. Les mettre en scène invite donc à penser notre rapport à l’anecdote, à l’unique et au singulier. « Il ne s’agit pas […] de reproduire un réel, un vécu qui aurait échappé aux gens de savoir. Mais seulement de s’insinuer, comme par effraction, à l’aide de sources jusqu’ici peu utilisées » (A. Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle).

| Voir ici en pleine page

Derniers billets

Légende photo : Homme kali’na de profil – Exhibition ethnographique de Caraïbes (mars 1892) | Ancienne collection du prince Roland Bonaparte – Musée du quai Branly (Inv. 1998-4614-408).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search