Projet Æteicab : la Rose de San Sebastián (1)

Ce billet, amené à s’enrichir dans les mois qui suivent sa mise en ligne, est le fruit des réflexions menées par plusieurs équipes éditoriales. Le premier volet, qui a permis d’établir le texte et de réfléchir à ses particularités, a été engagé par des étudiant·e·s du master MLHN de l’université Bretagne Sud : Salomé Begue, Sandra Bellemin, Gwenc’hlann Bouder, Violaine Burdin, Louise Coiffard, Diwenza Cottin, Agathe Dutot, Clément Goubil, Caroline Guevel, Cécile Hamon, Damien Hervé, Victor Jamet, Marie Kergoustin, Lynda Kheddouci et Richard Mathurin Boissy, sous la direction de Marine Parra et Benoît Roux.

Introduction

L’édition du journal de navigation de la Rose est l’un des deux premiers jalons du projet Æteicab (Archives éditorialisées en TEI de CArnets de Bord). Elle a valeur de prototype et tente de conjuguer deux exigences en apparence contradictoires : proposer un format éditorial sobre, mais riche.

  • Description matérielle

Conservé aux archives départementales de la Loire-Atlantique dans le fonds de la Chambre de commerce de Nantes  (série C), le Journal pour servir à Michell Magrah, capitaine du navire la Rose de Saint-Sebastien (C 687 / 1)1 se présente sous la forme de six folios cousus. 

Il s’agit d’une traduction réalisée à Nantes le 3 février 1756, et ce, d’après un original probablement rédigé en anglais. L’écriture, d’une seule main — à l’exception de la mention finale qui certifie l’exactitude du document —, est relativement régulière ; les ratures et les ajouts interlinéaires sont plutôt rares.

Chaque page est structurée en deux colonnes comportant, à gauche, le relèvement journalier des coordonnées géographiques et, à droite, les circonstances nautiques et météorologiques, ainsi que quelques éléments sur le déroulement de la navigation.

Continuer la lecture de Projet Æteicab : la Rose de San Sebastián (1)
  1. Une ancienne cote est portée dans la partie supérieure du premier recto : « No 22 Cotte 6 ». Elle correspond probablement au cadre de classement de la Chambre de commerce de Nantes. []

Une balise à la mer

Ce billet a été composé à quatre mains avec Marine Parra (“Jardin” de poésie et Eveille), docteure en littérature française, ATER à l’université Bretagne Sud (TEMOS).

Genèse d’un projet

À l’origine de ce lieu d’élaboration, une conversation. Celle entre un historien et une littéraire, tous deux habités par le goût de l’archive — tel que l’a décrit Arlette Farge et à sa suite le collectif réunit autour de Frédéric Clavert et Caroline Muller1. Aussi déroutante que démesurée, l’archive offre, pour qui sait la lire, l’ordonner et la transmettre, un regard sur les faits aux effets de réel sans commune mesure. Dans l’obscurité des « boîtes », sagement alignées sur les étagères des réserves, sommeillent des lambeaux de réalités, les bribes de vies d’hommes et de femmes marquées par les non-dits et les silences. La relation étroite qui nous lie à nos sources n’est toutefois pas de l’ordre du mystique ; le récit que nous élaborons ne vise pas à ramener à la vie ces personnages du passé aux contours souvent incertains. Tout au contraire, notre grammaire de l’intrigue « les garde disponibles à ce qu’un jour, et ailleurs, une autre narration soit faite de leur énigmatique présence »2.

Continuer la lecture de Une balise à la mer
  1. Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire » no 233, 1989. Frédéric Clavert et Caroline Muller, Le Goût de l’archive à l’ère numérique [en ligne]. Consulté le 27 novembre 2020. []
  2. Arlette Farge, Le Goût de l’archive…op. cit., p. 145. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search