Sous la plage, la banquise !

Dans l’économie propre au récit de voyage, la digression constitue bien souvent une part obligée de la progression narrative. C’est ainsi que le pasteur Charles de Rochefort entraîne le lecteur de son Histoire naturelle et morale des iles Antilles (1658) des plages tropicales de la Caraïbe aux plaines glacées de l’Arctique. Le récit de la découverte, en 1644, d’un narval (« licorne des mers ») sur les côtes de l’île de la Tortue justifie cette introduction parataxique d’un excursus polaire, « touchant plusieurs belles & rares cornes qu’on a apportées depuis peu du détroit de Davis ; & la qualité de la terre, & les meurs des Peuples qui y habitent »1. Le ministre protestant ouvre alors les fenêtres de son cabinet de travail et guide notre regard sur l’agitation du port de Flessingue (Vlissingen) à l’arrivée du navire de Nicolas Tunes.

Continuer la lecture de Sous la plage, la banquise !
  1. Charles de Rochefort, Histoire naturelle et morale des iles Antilles de l’Amérique, Rotterdam, Arnould Leers, 1658, tome 1, chap. 18, p. 184. Sauf mention contraire, toutes les citations suivantes sont issues de ce chapitre, publié à la fin de ce billet. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search