Entrer dans la danse : Les Sauvages de Rameau

C’est entre les arpèges et les gammes d’un rondeau baroque que nous avons choisi de chercher nos premiers Indiens de papier.

En 1729 paraissent les Nouvelles suites de pièces de clavecin de Jean-Philippe Rameau (1683-1764)1. Parmi les quinze suites en la et en sol, celle intitulée Les Sauvages fait écho à une représentation dansée par deux Indiens de Louisiane à la fin de l’été 1725 sur la scène de la Comédie-Italienne, sise en l’Hôtel de Bourgogne. Un article paru dans le Mercure de France en décrit le spectacle :

Le premier danseur representoit un chef de sa nation, vêtu un peu plus modestement qu’on ne l’est à la Loüisianne ; mais en sorte que le nud du corps paroissoit assez. Il avait sur la tête une espece de couronne, pas riche, mais fort ample, ornée de plumes de différentes couleurs. L’autre n’avoit rien qui le distinguât d’un simple guerrier. Le premier fit entendre à celui-ci, par sa façon de danser, et par ses attitudes cadencées, qu’il venoit proposer la paix, et présenta le Calumet ou étendart à son ennemi. Ensuite ils danserent ensemble la danse de la paix.
La seconde danse appelée de la guerre, exprime une assemblée de Sauvages où l’on prend le parti de faire la guerre à tel ou tel peuple, et on en fait voir toutes les horreurs. Ceux qui sont de ce sentiment, opinent en venant se mêler à la danse. 
Dans la troisième le guerrier va d’abord à la découverte de l’ennemi, armé d’un arc et d’un carquois garni de flèches, pendant que l’autre assis par terre bat du tambour ou espèce de timballe pas plus gros que la forme d’un chapeau2.

Dans la coulisse de ce divertissement « d’une nouveauté des plus singulières », une autre forme de théâtre — plus politique cette fois — se joue : un acte retentissant de la diplomatie franco-amérindienne. L’événement aurait pu être oublié, éclipsé par le faste du mariage de Louis XV (1710-1774) et Marie Leszczyńska (1703-1768) — célébré quelques semaines auparavant à Fontainebleau (5 septembre 1725) —,  pourtant la présence des « Sauvages de Missicipi » à Paris a marqué les esprits et les mémoires.

Les deux danseurs font partie d’une ambassade de cinq délégués amérindiens, arrivés de Louisiane à Paris le 20 septembre 1725 : « Chicagou, Chef des Metchigamias [Illinois] […], Mensperé, Chef Missouri, Boganienhin, Chef Osage, Aguiguida, Chef Otoptata, suivis d’Ignon Ouaconisen, fille d’un Chef Missoury »3. Leurs nations assemblées à Fort Orléans les ont désignés près d’un an plus tôt pour venir en France sous la conduite d’Étienne Veniard, sieur de Bourgmont (1679-1734), commandant sur la rivière Missouri4. L’officier français entend ainsi donner « une idée favorable de la France » aux émissaires autochtones et par ce biais favoriser les alliances avec leurs groupes pour consolider les positions françaises à l’ouest du Mississipi5. Aussi, fait-il de ce séjour une véritable opération de séduction diplomatique comme le montre la « Relation de l’arrivée en France de quatre Sauvages de Missicipi », publiée dans le Mercure de France en décembre 17256.

Le 27 septembre, la délégation amérindienne en habits traditionnels est reçue pour la première fois par les directeurs de la Compagnie des Indes. Les 17 et 19 octobre, les émissaires sont conduits à Versailles et à Marly où les eaux sont spécialement jouées pour eux. Le 24 novembre, ils sont reçus « chez tous les princes » à Fontainebleau, et notamment par Louis IV Henri de Bourbon-Condé (1692-1740) — alors principal ministre de Louis XV7.  Puis, ils sont présentés au roi qu’ils accompagnent à la chasse au lièvre (27 novembre). Le lendemain, le chef illinois Chicagou est introduit auprès du duc d’Orléans, Louis (1703-1752), et de sa femme Auguste de Bade-Bade (1704-1726)8. À la Cour, seule la reine n’est pas autorisée à recevoir les Indiens en audience, son monarque de mari « ne jugea[nt] pas qu’elle dût les voir dans leur assortiment sauvage & trop bizare »9

À Paris, si les Amérindiens ont assuré le spectacle sur la scène de la Comédie-Italienne, c’est aussi comme spectateurs qu’ils assistent « avec une grande admiration » à un opéra :

Ils se frottoient les mains de joyes, & se tiroient les uns & les autres pour marquer les choses qui les surprenoient le plus. Enfin lorsqu’ils virent baisser la toille, ils tomberent dans une grande consternation, & demanderent en sortant s’ils pourroient voir les mêmes choses le lendemain10.

Sans doute s’agit-il de la représentation du Télégone de Louis de La Coste (1675-1757), d’après un livret de l’abbé Simon-Joseph Pellegrin (1663-1745), donnée au soir du 6 novembre 1725 par l’Académie royale de musique de Paris11. Lorsqu’un quart de siècle après l’explorateur Jean-Bernard Bossu (1720-1792) rencontre l’un des protagonistes illinois de ce voyage, l’étonnement né de cette soirée à l’opéra semble intact :

Lorsqu’il disoit à ses compatriotes qu’il avoit vu l’Opera, & que tous ces gens là étoient des Jongleurs ou sorciers, qu’il avoit aussi vu, sur le Pont-neuf, des petits hommes qui parloient & chantoient [N.d.a. : On entend aisément que ce sont des Marionnettes], ils ne vouloient pas le croire12.

Les Amérindiens sont alors pourtant loin de se douter qu’en France leur prestation sur la scène du Théâtre-Italien a inspiré une pièce pour clavecin qui est devenue l’un des airs les plus populaires du siècle13 et bien au-delà jusqu’à nos jours14. En octobre 1727, Jean-Philippe Rameau écrit ainsi au librettiste Antoine Houdar de La Motte (1672-1731) :

Il ne tient qu’à vous de venir entendre comment j’ai caractérisé le chant et la danse de ces Sauvages qui parurent sur le Théâtre Italien il y a un ou deux ans […]. Vous verrez pour lors, que je ne suis pas novice dans l’art et qu’il ne paroît pas sur-tout que je fasse grande dépense de ma science dans mes productions, où je tâche de cacher l’art par l’art même15.

Qu’entend Rameau dans sa pratique par caractériser ? La définition que donne le lexicographe Antoine Furetière (1619-1688) dans son Dictionnaire universel nous éclaire sur les intentions du compositeur :

CARACTÉRISER. Descrire si bien le caractere de quelque chose, qu’on la reconnoisse. Ce peintre, ce poëte caractérisent bien les passions qu’ils veulent représenter16.

Aussi, Rameau ne cherche-t-il pas à imiter les danses des Indiens, mais bien à les styliser pour les réduire, avec justesse et selon les codes propres à son art et à son temps, aux émotions qu’elles ont pu faire naître chez lui et parmi les spectateurs.

La persistance du rythme martelé longuebrèvebrève, par exemple, donne au morceau une sonorité percussive qui rappelle par mimesis celle d’un tambour, du « tambour ou espèce de timballe pas plus gros que la forme d’un chapeau » sur lequel l’un des deux Indiens battait la mesure sur la scène de la Comédie-Italienne.

En 1736, Rameau s’auto-emprunte — selon un procédé classique — Les Sauvages afin d’ajouter une quatrième entrée éponyme à son opéra-ballet Les Indes galantes, créé l’année précédente sur un livret de Louis Fuzelier (1672-1752). Transcrite pour orchestre, la pièce au clavecin devient la « Danse du grand calumet de la paix ». 

La scène se déroule dans une forêt d’Amérique du Nord. Adario17 (taille), le chef des guerriers indigènes, s’apprête à conclure la paix avec les Français et les Espagnols. Deux officiers, le Français Damon (haute-contre) et l’Espagnol Don Alvar (basse), courtisent une jeune indienne, Zima (soprano). Damon lui promet l’inconstance, Don Alvar l’amour sérieux et exclusif. Mais Zima rejette les deux colons et leur préfère Adario. La Danse du grand calumet de la paix scelle l’union d’Adario et Zima, en même temps que la réconciliation entre les Amérindiens et les Européens. Cette nouvelle version, en quatre entrées, est jouée pour la première fois le 10 mars 173618.

C’est sur ce jeu en miroir entre l’Ancien et le Nouveau Monde que se sont construites des représentations symétriques de la civilisation et de la sauvagerie. La musique de Jean-Philippe Rameau constitue une fenêtre ouverte sur cette lecture du monde, « où les langages esthétiques se métissent peu à peu au contact de la différence et de l’étonnement »19. Aujourd’hui encore, une mise en scène comme celle du plasticien Clément Cogitore et de la chorégraphe Bintou Dembélé amène le public — non sans quelques cinglantes critiques — à s’interroger sur ses propres préjugés en plongeant l’action dans un espace urbain et politique contemporain où des danseurs de Krump20 évoluent sur la musique baroque des Indes galantes21

Nul doute en tout cas que l’énergie tellurique et percussive de cette battle urbaine, aussi puissante qu’irrésistible, n’aurait pas échappé à nos « quatre Sauvages de Missicipi ».

Légende photo : Esquisse de décor pour Les Indes galantes par Ignazio Degotti (début XIXe siècle) | Bibliothèque nationale de France.

Pour citer ce texte : Benoît Roux, « Entrer dans la danse : Les Sauvages de Rameau », dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 07/12/2019 | https://kalinago.hypotheses.org/951, Consulté le 28/02/2021.


  1. Jean-Philippe Rameau, Nouvelles suites de pièces de clavecin composées par Mr Rameau, avec des remarques sur les différents genres de musique. Gravées par Mlle Loüise Roussel, Paris, L’auteur / Sieur Boivin / Sieur Leclerc, [s. d.]. []
  2. Mercure de France, septembre 1725, vol. 2, p. 2274-2276. []
  3. Mercure de France, décembre 1725, p. 2828 et 2846. []
  4. ANOM, COL, C13, C 4, fo 159r-160v, Conseil général tenu au fort d’Orléans par les nations Missouris, Ozages, Otoptatas, pour répondre au désir de Bourgmont et pour choisir les députés de leur nation qui iront en France, Fort Orléans, 19/11/1724. []
  5. Initialement, dix délégués ont été désignés par le conseil général — un Otoptata, quatre Osages et cinq Missouris —. Néanmoins, seuls cinq sont retenus, sans doute par souci d’économie, voir ANOM, COL, C13, A 8,  fo 171v, Délibération du Conseil sur l’utilité d’envoyer en France, sous la conduite de Bourmont dix sauvages Missouri, Ozages, et Illinois avec leurs interprètes pour leur donner une idée favorable de la France, 10/01/1725. []
  6. Mercure de France, décembre 1725, p. 2827-2859. []
  7. Mercure de France, décembre 1725, p. 2838-2840. []
  8. Mercure de France, décembre 1725, p. 2851-2856. []
  9. Mercure de France, décembre 1725, p. 2850. []
  10. Mercure de France, décembre 1725, p. 2830-2831. []
  11. Louis de La Coste [et Simon Joseph Pellegrin], Télégone, tragédie mise en musique par M. La Coste, de l’Académie royale de musique ; représentée pour la première fois, par la même Académie, le mardi sixième jour de novembre 1725, Paris, J.-B.-Christophe Ballard, 1725. []
  12. Jean-Bernard Bossu, Nouveaux voyages aux Indes occidentales, contenant une Relation des differens Peuples qui habitent les environs du grand Fleuve Saint-Louis, appellé vulgairement le Mississipi, leur Religion, leur gouvernement, leurs mœurs, leurs guerres & leur commerce, Paris, Le Jay, 1768, 1re partie, lettre 7, p. 162. Jean-Bernard Bossu situe par erreur ces événements en 1720. []
  13. Pour preuve de ce succès, l’air des Sauvages sert tout au long du XVIIIe siècle de timbre que le public habille de paroles souvent grivoises, comme dans le cas du Père Cyprien : « Rien, / Père Cyprien, / Ne vous contien ; / Rien ne vous retient, / Tout vous convient ; / Sans distinction, / Belle ou laidron, / Vieille ou tendron, / Tout vous est bon : / Dites-vous jamais non ? », voir Chansons choisies, avec les airs notés, Genève, [s. n.], 1782, tome 4, p. 61-63. []
  14. En 2019, la pièce pour clavecin sert de thème pour la bande originale de la série de Rebecca Zlotowski et Sabri Louatah, Les Sauvages (Canal+). []
  15. Mercure de France, mars 1765, p. 39. []
  16. Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye / Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690, tome 1, « caractériser ». []
  17. Louis Fuzelier emprunte le nom de son personnage aux Dialogues de Louis-Armand de Lome d’Arce, baron de Lahontan (1666-1716) avec le « sauvage » huron Adario (1704). []
  18. Jean-Philippe Rameau [et Louis Fuzelier], Les Indes galantes, ballet heroique, représenté par l’Academie royale de musique, pour la premiere fois, le mardi 23 août 1735 ; repris avec la nouvelle entrée des Sauvages , le samedi dixiéme mars 1736 . Remis au théâtre le mardi 28 mai 1743, Paris, Jean-Baptiste-Christophe Ballard, 1743 []
  19. Paul-André Dubois, « L’art des sons en Nouvelle-France », Cap-aux-diamants, no 110, 2012, p. 45. []
  20. Le Krump est une danse contestataire née dans les années 2000 au cœur des banlieues pauvres de Los Angeles. []
  21. Voir l’analyse qu’en fait Marine Roussillon dans « Sauvages ? Sur une version krump des Indes galantes de Rameau », Politiques du Grand-siècle [en ligne]. Consulté le 28 novembre 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.