Soutenance

Il est des fins qui ressemblent à des commencements. Aussi, est-ce le début d’une nouvelle aventure à suivre sur ce carnet. Pour premier billet, j’ai donc le plaisir d’annoncer la soutenance de ma thèse :

Kalínago. Amérindiens et Français
dans les Petites Antilles au XVIIe siècle

Jury

Prof. Benoît Bérard — Université des Antilles
Prof. Bernard Grunberg — Université de Reims Champagne-Ardenne
Prof. Corinne L. Hofman — Universiteit Leiden
Asst. Prof. Giovanni Pizzorusso — Università “D’Annunzio” Chieti
Dr. Stéphen Rostain — UMR 8096 Archéologie des Amériques
Prof. Éric Roulet — Université du Littoral Côte d’Opale

L’histoire des expansions européennes est peuplée d’ethnonymes dont l’évocation seule suffit à figurer les confins de la civilisation et à résumer les espoirs déçus des empires coloniaux. Autant de noms exotiques que l’on prononce, tels des emblèmes de la résistance indigène opposée à tout effort de conquête. Caraïbes est de ceux-là qui, sitôt entrés dans les chroniques européennes, ont été érigés en légende. 

Or, au-delà des discours hérités et convenus, que savons-nous de ces Indiens, de leurs logiques, de leurs pratiques, de leurs représentations sociales, ou des relations qu’ils entretiennent avec les Français au XVIIe siècle ? À dire vrai, fort peu de choses. Ces questions, bien que sorties des mortes-eaux de l’histoire coloniale, n’ont suscité que peu d’intérêt. Elles n’ont été qu’effleurées dans des monographies insulaires, ou dans des ouvrages consacrés à l’occupation archéologique de l’archipel. C’est en écho à ce constat un peu trop vite entériné qu’a pris forme le projet d’écrire une histoire de la cohabitation entre Français et Caraïbes au XVIIe siècle. 

La présente recherche aspire donc non seulement à apporter un éclairage sur ce chapitre, mais également à désenclaver des histoires généralement séparées dans la production scientifique. Aussi, souhaitons-nous que cette enquête, à l’intersection des histoires coloniales et indigènes, conduise à revoir nos grilles d’analyse, en tenant compte des réflexions développées par l’ethnologie et l’archéologie, afin d’éviter les écueils de l’histoire-récit. Les circulations et les échanges entre Indiens, Européens et Africains, où prime le facteur humain, seront par conséquent au coeur de l’intrigue.

Pour citer ce texte : Benoît Roux, « Soutenance », dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 2019-09-13 | https://kalinago.hypotheses.org/26, Consulté le 2022-08-08.


2 réflexions au sujet de « Soutenance »

  1. Bonjour,

    Toutes mes félicitations pour votre thèse que j’attendais avec impatience, en espérant pouvoir la lire bientôt !
    Récemment prof. certifié, j’ai fait un mémoire il y a deux ans (en M1) sur la médecine des Kallinagos dans les petites Antilles françaises au XVIIe siècle et ce fut plus que passionnant !

    Merci à toute votre équipe universitaire pour le projet d’édition des sources sur les Petites Antilles qui facilitera j’en suis sûr le travail de nombreux chercheurs.

    Bonne continuation,

    Aloïs Beauvineau.

    1. Merci beaucoup pour votre message et vos encouragements !
      À l’occasion, et si vous en êtes d’accord, je serai très intéressé de lire votre mémoire.
      J’espère que vous trouverez sur ce carnet — amené à s’étoffer dans les prochaines semaines — des lectures qui pourront vous intéresser et prolonger votre enthousiasme pour l’histoire des Kalinago.
      Bien à vous,
      Benoît

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search