Projet Æteicab : la frégate du roi le Renard (2)

Ce billet, amené à s’enrichir dans les mois qui suivent sa mise en ligne, est le fruit des réflexions menées par plusieurs équipes éditoriales. Le premier volet, qui a permis d’établir le texte et de réfléchir à ses particularités, a été engagé par des étudiant·e·s du master MLHN de l’université Bretagne Sud : Hélène Haller, Auriane Laurent, Léopoldine Lefevre, Marine Le Delliou, Amandine Le Guern, David Maligorne, Coralie Meyer, Margot Miossec, Emma Pauvert, Clémence Ravet, Selenne Ribouchon, Baptiste Rio, Camille Sarrazin, Léa Telef et Joséphine Tonnerre, sous la direction de Marine Parra et Benoît Roux.

Introduction

L’édition du journal de navigation du Renard est l’un des deux premiers jalons du projet Æteicab (Archives éditorialisées en TEI de CArnets de Bord). Elle a valeur de prototype et tente de conjuguer deux exigences en apparence contradictoires : proposer un format éditorial sobre, mais riche.

  • Description matérielle

Pour les spécialistes de l’histoire atlantique et du commerce triangulaire, la cote B 5004 / 4 des archives départementales de la Loire-Atlantique sonnera familièrement. Ce dossier des fonds de l’Amirauté de Nantes (série B) conserve en effet l’un des rares journaux de traite qui nous soient parvenus : le journal de bord du navire négrier la Diligente (1749-1750). L’importance de cette source — éditée et souvent commentée1 — a largement éclipsé l’autre document sous cette cote : le Journal de navigation pour servir au Sieur Le Breton Lavallée, capitaine en second sur la frégate du roi le Renard (1747). C’est ce dernier que nous éditons.

Le journal de bord du Renard est composé de neuf pages, rédigées par une main unique. L’écriture est régulière et les ratures quasi inexistantes. En marge gauche, l’auteur signale la date du jour et consigne les morts à bord par un dessin en regard du paragraphe correspondant2. De même pour faciliter le repérage, les jours de la semaine indiqués en ouverture de paragraphe ont été écrits plus grands.

La présence de petits personnages imprimés et colorés au verso de la page de garde et d’ornements typographiques floraux en haut du premier folio — a priori sans rapport direct avec le journal ou le monde maritime en général — est un fait matériel pour le moins intrigant. S’agit-il d’un papier de réemploi ou d’une ornementation délibérée ? La question demeure pour le moment ouverte.

Recto du premier folio du journal de bord du Renard | Département de Loire-Atlantique
  • Le Renard et son capitaine

En 1747, Charles Le Breton La Vallée embarque comme second à bord du Renard . Cette frégate du roi patrouille dans l’Atlantique — le long de la côte bretonne et autour des îles du golfe du Morbihan — à chasser, sans trop de succès, les corsaires anglais. Les hostilités entre la France et l’Angleterre, latentes depuis 1740, se sont officiellement ouvertes devant Toulon, avec la bataille navale du cap Sicié en février 1744. Depuis lors, cependant, la Marine française, dont la flotte est très inférieure en nombre à celle de la Royal Navy, est parvenue à éviter les grands engagements. Les Français ont privilégié la défense des liaisons avec leurs possessions coloniales (Amérique, Afrique et Asie) et l’escorte des convois marchands organisés par le ministre de la Marine, Jean-Frédéric Phélypeaux Maurepas (1701-1781).

  • Résumé du journal

Stevenson, Melville ou London ont ancré dans notre imaginaire collectif une vision épique du récit maritime, où la rudesse côtoie la poésie. Les épopées modernes que constituent aujourd’hui les courses au large ne sauraient leur donner totalement tort. La réaffirmation de la mystique qui s’opère tous les quatre ans avec les skippers lorsque leurs fiers voiliers s’élancent du ponton des Sables-d’Olonne à la conquête des mers du globe en est, en effet, la parfaite illustration.

Cependant la réalité prend parfois un autre visage. Les premières lignes des aventures de la frégate du roi le Renard, centrées sur son départ en mer (armement, passage en revue de l’équipage et sortie de la rade), font état d’un récit pour le moins amphigourique, sans doute à l’image du chaos qui règne alors sur le navire, jugé vétuste par l’auteur du journal. Les marins le savent, les premières heures d’un grand voyage sont décisives et des avaries importantes peuvent mettre un point d’arrêt prématuré au voyage3. Le soir du 18 janvier 1747, alors que le bateau est au mouillage pour les derniers préparatifs, les vents du nord-est rafraichissent et augmentent. « L’officier qui commandait à bord ne s’aitant pas precaussionner de tous Les événements qui pouvents survenir », aux dires du narrateur4, la marée descendante laisse le bateau sur la quille. Cet épisode, en plus de retarder le départ de deux mois, cause la mort de deux marins qui ont jugé le moment opportun pour piller la cave du navire : « il s’en trouva malheureusement quelque uns de l’equipage qui ne craignoit point le danger s’amuser à boire à la barriques de vin ».

Le 27 mars, le Renard largue enfin les amarres… ou presque. Sur l’île d’Aix, deux jours se passent encore à chercher, sans succès, un pilote pour guider le navire le long des côtes. Il fait finalement route vers le golfe du Morbihan. Le 29, notre frégate croise un navire marchand de retour de la Martinique et poursuivi durant sa traversée par un corsaire anglais. Le lendemain, au mouillage, probablement devant l’île d’Yeu, le Renard embarque enfin un pilote côtier. Dans les heures qui suivent, l’équipage français donne pour la première fois la chasse à un corsaire anglais : le Jersiais John Le Gros. Mais, « voyant ne pouvoir rien luy faire sur la marche nous l’avons enbandonnée, et avons continuer nostre routte ».

Le 1er avril, les vents peu favorables forcent le Renard à mouiller à Port-Louis, dans la rade de Lorient, et à matosser en descendant des canons en cale. Au sortir du port, le 2 avril au matin, la frégate appareille en compagnie de l’Invincible et du Jason, deux des fleurons de la Royale qui seront engagés et perdus le mois suivant lors de la première bataille du cap Finistère. Très vite, toutefois, leurs routes se séparent. 

Au large des Glénan, le Renard croise l’escorte d’un convoi marchand breton. Pendant de longues minutes, l’incertitude règne des deux côtés sur les intentions et le pavillon de chacun. Après plusieurs tirs de semonce, l’ambiguïté se dissipe et les deux navires se saluent amicalement aux cris de « Vive le roi ! ». Dans la soirée la frégate du roi aperçoit ce qui semble être un corsaire anglais et s’apprête à engager le combat lorsqu’une manœuvre hasardeuse l’envoie au tas ; le Renard se couche et de l’eau s’engouffre à l’intérieur par son grand panneau. Le temps que la frégate se redresse, l’Anglais a disparu. Le lendemain, le Renard tente à nouveau de prendre en chasse un corsaire anglais de dix canons, mais se fait rapidement distancer après avoir envoyé une bordée malheureuse.

Dès lors, le retour au port semble s’imposer. Mais, là encore, les choses ne se passent pas comme prévu. Mouillant dans la rade face à Chef de Baie, le Renard se trouve dangereusement poussé vers la côte des Minimes par les vents. Malgré les tentatives de l’équipage pour éviter l’échouage — le mât d’artimon est coupé pour alléger le navire —, la frégate du roi finit sur la vase à l’entrée du port de La Rochelle.

Le Renard est finalement désarmé le 12 avril 1749 à Rochefort et son équipage embarque, aux ordres du ministre Maurepas, sur la frégate du roi La Gironde.

Le texte

Journal de Navigation Pour Servire au Sieur Le Breton Lavallée Capitainne En segond sur La fregatte du Roy Le Renard Commandé par Mr. Venard Enseigne De Vaiseaux, ayent Cent soixante Cinq homme dequipage et Seize Canon de 8 l[ivre] de bal Et 16 Perrier5 120 Mousquet 30 spingolle6. party de Rochefort le 18e janvier 1747.

Janvier 18e 17477

Mercredy dix huit hiemme de Janvier, Les Vents au NE. Bonne fraicheur avec graille8 ; a huit heures du Matin ; Nous avons mis sous voilles debordant de Lamiral pour aller a la Mature9, affin de Racembler notre Equipage abord, pour faire La Reveûe general, â onze heures monsieur Le Commissaire dit Seguin10 Ses11 transporté a Bord de La ditte fregatte et avons passé laditte Equippage en Revéue, et Leures avons donnée deux mois davances ; nous avons Resté en le mesme androit ; pour prandre Nos Reste darmement, conptant faire Voille Le Landemain pour Lisleday12. mais dans La Nuit environ Les onzes heures du Soir les Vents ayent Beaucoup Raffraichis du NE et auguementant de plus En plus, Lofficier qui Commandait abord Ne saitant13 pas precaussionner de tous Les evenements qui pouvents Survenir, ayent Disposé son aussier14 quil avoit a Terre, comme Nestant que sur un ancre, Le Jusant15 estant venus et surpris : Le dit officier avec une Cottis [sic]16 de Vents du SO. ; La fregatte se trouvá engagé par son officier et layent finté a estez aussitots couché ; heureusements quil y avoit deux chaloupe duport qui estoit encouble17 de bord, et donná secour a la ditte Equipage pour se Sauver a Terre ; il Sen trouva malheureusement quelque uns de lequipage qui Ne Craignoit point Le danger Samuser a boire a la Barriques de vin p[ar] mise en perce18 pour La consommation de Lequipage, Le Temps Ne Luy permettant pas de parvenir a son dessein, il se trouva donc deux mathelots avec un soldats angagé entres les pieces de la Cal ; mais Le soldats Se degagea comme estant proche du grand panneau et Se sauva a la Nage a my Ivres ; Les autres se Noyes dans La Calle puisques apres avoir Relevéz La fregatte Nous Les avons trouvé ; Se Napoint Estez avec Beaucoup de painne qu’on ayt eu La fregatte Mais Lon en auroit Eut Bien moin Si Monsieur Dumenuy19 Cap[itai]ne Duport de Rochefort joint a tous Ses officiers qui ne faisait travailler quavec peut Danvis20 de La Ravoir Sans Landommager ; par la facon de leurs Lanteur et de leures fasson de Disposer Les Chose puisque apres un mois quont à estez a travailler pour tacher de La tirer De La Riviere21 ; Cependant on à temps fait qu’on La hallée22 à terre a force de tirer Sur plusieurs cabestant23 qu’on avoit estallée à terre, mais il L’on Beaucoup Endommagé on à Este obligé de Luy Couper Ses mats et voilles et Touttes Ses Manoeuvres24 ; en suittes plusieurs Ecarves25 qui feurre26 obliger de Larguer par la grande force que Sa faisait layent dont Relevé nous primes nos mesmes Commandements, et commancames à le Vider astant27 Ramplis de Vasse28 ; et ensuitte nous fumes obligé de Levér les cotards [sic]29 et levames aussi les Parquets pour auter30 La Vasse apres quoy nous nous disposames a La vider en quille et la Carennance31 Nous fume pret a faire voille le 20e. de mars, mais lequipage dont la majeur party Estoit chez Eux, lont32 fut obliger danvoyer un ordres de Mr. Lintendant33 a leurs commissaires pour les anvoyer estant de Retour a bord, Nous et touttes Lequipages demander un autre mois davance ; Se qu’on Nous acordà et Repassame En Reveue34 Le 26e. de mars et misme en Radde de Lisle Day.

Le mardi 27e Mars 174735

Le mardi 27e : nous avons Sortis de Lisle day. les vents dESE varriable a LENE. Bon frais, avec touttes voilles Dehors à Deux heures de Laprest midy nous avons mouillé dans Le pretuis Breton36 est par Les 7 Brasses37 deau font38 de Sable, Estant pour le travers de La ville dudit isle ; nous y Avons Resté vingt quatre heures pour y prendre un pillotte Cautier39, Mais ny en ayent point trouvé nous avons estez Obligé de faire Route pour Lisle Dieu40 ;

Le Jeudy.â. 29e [7bre biffé] mars. 1747

Du Jeudy. â Deux heures de Lapres midy. nous avons levéz Lancre et avons fait voille pour Lisle Dieu les vent a LESE. bon fraits et nayent Rien observé dans La Routte qu’un navire Marchand qui estant par Le traver des Barges Dollonnes41. Nous à parlé et ne Sachant pas ou il Estoit, et nous à dit quil venoit de La Martinique et avoit estez chassé d’un Corsaire ;

Le Vandredy. 30e Mars 1747

Du Vandredy a Cinq heure et demy du Soir Nous avons Mouillez par les 10 Brasses42 deau et avons restez jusquà Landemain deux heures de La pres midy. ayant Pris un pillotte Cautier, nous avons Levéz Lancre et avons appareiller pour donner chasses à un corsaire mathé en d’augre43 qui estoit Jean Le gros44 harmé a Lisle de Gersay45 et Luy avons donné chasse depuis les Deux heures de lapres midy Jusque sur les 5 heures voyant Ne pouvoir Rien luy faire sur La Marche46 nous lavons Enbandonnée, et avons Continuer nostre Routte au NO. Les vents Bon frais au NE. ;

Le Samedy. 31e mars 1747.

Du Samedy 31e nous apercue Belle isle qui me Restoit au NNO. environ six Lieues47, nous avons continuer notre Routte. Sans avoir pris Connoissance de Rien ; Les vent Continuel Bon frais. gouvernant au NO. ayen toutte a voilles dehors ;

Dimanche premier D’avril 1747

Du Dimenche Nous continuons à gouverner Au NO. Et NO ¼ N. avec Toutes Voilles dehors ; mais voyent que La fregatte ne marchait pas et ne portait pas Beaucoup La voille nous primes Le partis de Relacher au port Loüis48 ou nous y mouillames Le mesmes jour ventant grand frais environs les 5 heures Du Soire ; Immediatement apres nous otame Deux canon de six Livres de Balles et deux de 4 l[ivres] de Balles que nous mismes dans La qualle sur l’avant du Vaisseaux pansant quil [e]ut mieux marché ; nous avons Resté dans La ditte Radde 6 Jours49 Les vents nous ayent Toujours Contrariez.

[Lundi 2 avril 1747]

Lundy â neuf heures Du Matin Nous appareillame Et Sortimes avec les V[aisseau]x Du Roy L’invincible50 et Le Jazon51 et plusieurs navires De La Compagnies des Inde52 qui fure mouille Sous Grois53, mais Nous poursuivimes notre Routte voullan Trouver Les glenant54 ou Lon nous dit quil y avoit des Corsaires anglais ; Mais Nayent Rien apperçue dedans Nous fimes une Bordé55 au Large le Cap au SO. les vent au NE Bon frais ; Sur les 6 heures Du Soire Nous [e]umes Connaissance d’une Voille qui Chassois Sur Nous ; aussitot Nous Revisame de Bord et Courume pour en avoir mieux De Connoissance ; peut de tems apres La Vegie [sic]56 q[ui] Cria Quel En voyait plusieurs quel Contoit au nombre de Trante trois Nous presumames que Sestoit Le Convois des Barques Bretonne57 et altoit58 a Nantes ; mais Celuy que Nous appercume Le premier nous le prime pour un Corsaire anglois vûe quils Estoit Tres Eloigne de La flottes ; Nous ayent joint et nous tres Disposé aux Combats Le dit navire nous anvoyat un Coup de Canon a Boullet Comme Nous Estions au Vent a luy et Ne pouvoit Nous voire notre pavillon nous Donnames un Elans en Luy Envoyent un coups de Canon a boulet pour luy assurer notre Pavillon59 ; malgré cette assurance il nous tira huit Coup de Canon, Nous Vime Bien que Cestait La decouverte de La Flotte nous arrivames par sous Le Vent a Luy affin de Luy Parler ; nous helas60 demandant dous nous estions ont Luy Repondit fregatte du Roy de Rochefort et estant Par Son Traver Nous Le Saluame de Sept Vive le Roy61, et [nous biffé] luy Repondit de sept autres Vive Le Roy et nous Dit quil y avait un Corsaire qui estait a Raudé62 aux environ des glenant, sur les huit heures du soir Nous apercume Un Navire venans a nostre Rencontre qui nous parûs Estre Disposé au combats ayent Distingué Ses Fanaux63 Entre Les Postes De Canon ; estant a Porté de Canon. Il nous appercue estant Disposé pareilllement Que Luy. a Combat. voyant sa il vira De bord pour nous Eviter. mais aussitots ayent appercue Sa Maneuvre ; Nous voullumes forcer De Voilles, mais La Mauvaise Calité64 De La Fregatte ; nous Trompan Baucoup car elle ne pouvais Porter De Voille quoy que Le Tems ne demandoit au Qu’une65 precaution sur Les Voillures d’un v[aisseau]x ; nous Nume66 donc pas plustot amuré67 Nostre grand Voille que Nostre fregatte se Couchá et nayent pas eut le Tems de maneuvrer pour Eviter Lespace de Six minuttes dampecher La fregatte dambarquer de leau par son grand Panneau ou Tout un chachun se Jettoit sur le Bord du Cotté du Vent de lad[i]te fregatte ayent perdûe Touttes Esperances De Vie Criayt mais dieu pourvoyant a Tout et ayent manevrer apropos La fregatte se Releva aussitots, Nous, chercham plus a donner chasse au Dit V[aisseau]x et faisant Routte pour Relacher68, les vents Estant Propre pour donner O[uest] dans Lisle Day. Nous y fimes Routtes ; 

Du mardy. 3e. avril 1747.

Mardis 3e. Avril 1747
Aujourdhuy faisant noutre Routte nous avons Rancontré un petit corsaire montant Dix Canon, voyant que nous Ne Marchion pas et que Nous avions nos Canons a la saire69 et Les sabort70 fermé Nous pris pour un marchand : Nous ayent aproché aporté de Canon et estant venu Dans nos Eaux Nous ne voullumes pas Luy Donner plus de tenue pour Estre Sous La Domination du Roy Dangletere ; nous Donnames un arrivé affin de luy envoyer Touttes Notre Vollé et ce que nous Executame mais malheureusement il Ny Eut aucun Coup qui Luy portes abord, et marchand bien Mieu que Nous, Sechapa71 et en peut Le perdime de Vûe Le Mercredy

mercredy 4e avril 1747 

Nous Ne pumes aller mouiller a Lisle vûe que les vents estant variez du SO au SE et SSE grand frais Nous fumes obliger daller en La Radde de Chette Bois [sic]72 ou nous y Mouillames Malheureusement Mais Voyant quil vantoit grand frais nous fumes obliger de moullier nos deux amures en Barbe73 ou [lettres peu lisibles, peut-être se] Ne pouvant Trouver Dautre expediant, mais le vent Estant Toujours continuel du SSE grand frais Ne pouvant Plus Tenire avec nos deux amures la fregatte chassoit Toujours sur la p[oin]te Des Minisme74 et ayent fait sonder sous nous estant pour lors a mer plaisne nous ne Trouvames Que Cinq Brasses75 deaux, se qui nous determina a Couper notre Mats Dartimon affin deviter les Mauvais suittes pour arrivér Dans La Rochelle76, ou nous fumes nous echoués sur les vasses, et Le Landemain entrame dans Le port pour nous Racommodér ; mais ; mons[ei]g[neu]r de maurepas77 ecrivit quil falloit Prandre notre Equipage p[ou]r ranplacer sur la fregatte du Roy La gironde78 ce quont fit, et nous donnà un grand acheminement a Notre Desarmem[en]t Nous avons menez La fregatte a Rochefort ou Nous avons desarmé et etez Congedier le 12e dudit Mois D’avril 1747

Fin Du Journal De La fregatte Du Roy Le Renard

Légende photo : Détail du Journal de navigation pour servir au Sieur Le Breton Lavallée, capitaine en second sur la frégate du roi Le Renard | Archives départementales de Loire-Atlantique

Pour citer ce texte : Marine Parra, Benoît Roux et al., « Projet Æteicab : la frégate du roi le Renard (2) », dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 2021-01-11 | https://kalinago.hypotheses.org/2598, Consulté le 2022-06-30.


  1. Voir Jehan Mousnier (éd.), Journal de la traite des noirs, Paris : Éditions de Paris, 1957, p. 127-196 ; Philippe Charon (dir.), Commerce atlantique, traite et esclavage (1700-1848) : recueil de documents des Archives départementales de Loire-Atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 58-59. []
  2. Voir l’illustration en tête du billet. []
  3. Lors de l’édition 2020 du Vendée Globe, l’un des favoris en a fait l’amère expérience après seulement 48h en mer. L’écurie Charal et son skipper Jérémie Beyou n’en ont pas moins repris la mer, avec 8 jours de retard. []
  4. L’incurie des officiers est un topos des récits viatiques qui ici paraît trouver sa confirmation, tout en créant une certaine forme de connivence avec le lecteur. []
  5. Pierrier, canon qui lance des boulets de pierre. []
  6. Spingole, fusil court au canon évasé. []
  7. Les pages s’organisent désormais sur deux colonnes avec, en en-tête de la colonne de gauche — qui sert essentiellement de marge —, la mention « Jours & Quantiem du mois ». Nous ne tiendrons plus compte de cette indication pour les pages suivantes. []
  8. Il faut lire ici grêle. []
  9. Il s’agit vraisemblablement de l’atelier de la mâture, vaste bâtiment de plus de cinquante mètre de long sur quinze de large dans la partie sud de l’arsenal de Rochefort. []
  10. Commissaire de la marine royale non identifié. []
  11. Il faut lire s’est. []
  12. Île d’Aix. []
  13. Il faut lire s’étant. []
  14. Aussière, cordage de marine très résistant, servant à divers usages. []
  15. Marée descendante. []
  16. Nous n’avons pas pu identifier ce terme. []
  17. Il faut sans doute comprendre encoublé dans le sens d’attaché. []
  18. Mettre en perce, faire une ouverture dans un tonneau pour en tirer du vin. []
  19. Capitaine non identifié. []
  20. Il faut lire d’envie. []
  21. La Charente. []
  22. Haler, remorquer un bateau à partir du rivage au moyen d’un câble. []
  23. Cabestan, treuil à axe vertical autour duquel s’enroule un câble servant à tirer un fardeau. []
  24. Cordages appartenant au gréement et servant aux manœuvres. []
  25. Il s’agit probablement de deux pièces de bois ou de deux bordages entaillés et joints. []
  26. Il faut lire furent. []
  27. Il faut lire étant. []
  28. Il faut lire vase. []
  29. Nous n’avons pas pu identifier ce terme. []
  30. Il faut lire ôter. []
  31. Il faut sans doute comprendre avec la carène — partie du bateau normalement immergée — hors d’eau. []
  32. Il faut lire l’on. []
  33. Au cours de l’année 1747, l’intendant de la Marine de Rochefort Charles-Amable-Honoré Barentin (1703-1762) est remplacé par Gabriel-Jean de Pleurre (1712-1749). Il peut donc s’agir soit de l’un soit de l’autre. []
  34. Inspecter l’équipage. []
  35. Le journal reprend après plus de deux mois forcés à terre. []
  36. Pertuis Breton, détroit situé entre la côte nord-est de l’île de Ré et le continent. []
  37. Environ 12,8 m. []
  38. Il faut lire haut-fond, une élévation du fond de la mer, recouverte par une eau peu profonde, dangereuse pour la navigation. []
  39. Il faut lire côtier. []
  40. Île d’Yeu. []
  41. Barges d’Olonne, écueil au large des Sables d’Olonne. []
  42. Environ 18 m. []
  43. Maté en dogre, navire dont la mâture est celle des bâtiments qui servent alors à la pêche du hareng et du maquereau dans la Manche et en mer du Nord. []
  44. Trois ans auparavant, un certain John Le Gros commande le Industry, un corsaire jersiais de 40 tonneaux, 8 canons et 50 hommes. Opérant au large de Belle-Île, début août 1744, il capture, entre autres navires, L’Aimable Catherine, un petit brigantin français, voir Peter Raban, « The story of a Jersey collier in 1745 », Annual Bulletin of la Société Jersiaise, vol. 24-4, 1988, p. 489-501. []
  45. Île anglo-normande de Jersey. []
  46. Degré de vitesse du bateau. []
  47. Environ 33,3 km. []
  48. Port-Louis, presqu’île à l’embouchure du Blavet qui ferme la rade de Lorient. []
  49. Il faut sans doute lire « 6 heures ». []
  50. Construit en 1744, ce vaisseau de ligne français devient un modèle dans les décennies qui suivent. Avec ses 74 canons, il compte plus de 700 hommes d’équipage. Deux mois après cette rencontre, alors qu’il escorte une flotte marchande de la Compagnie des Indes au large du cap Finisterre, l’Invincible tombe aux mains des anglais après une bataille acharnée à un contre six. []
  51. Le Jason est un vaisseau français de 50 canons construit en 1723-1724. Il participe à plusieurs campagnes en Nouvelle-France entre 1725 et 1739. Le Jason est capturé comme l’Invincible par les Anglais lors des combats au cap Finisterre en mai 1747. []
  52. Compagnie française des Indes orientales, créée par Jean-Baptiste Colbert en 1664 et établie à Lorient à partir de 1666. Son objet est d’assurer au royaume un monopole commercial depuis les côtes d’Afrique jusqu’au Japon, en incluant Madagascar et les Mascareignes, les côtes de la mer Rouge, de Malabar et de Coromandel, le Bengale, la Chine. []
  53. Île de Groix. []
  54. Archipel des Glénan, face à Concarneau. []
  55. Faire une bordée, louvoyer. []
  56. Il faut sans doute lire La Vigie, matelot placé en observation depuis un poste élevé du navire (hune). []
  57. Dans le contexte de la guerre navale que se mènent la France et l’Angleterre, la progression des barques bretonnes en convoi répond de toute évidence aux problèmes d’insécurité de la navigation commerciale dans le Golfe de Gascogne. []
  58. Du verbe halter, faire halte []
  59. Il s’agit là de montrer à l’autre navire sa détermination. []
  60. Il faut lire héla. []
  61. Le chiffre sept renvoie aux coups de salut au canon du navire déchargeant sept fois pour signifier ses intentions pacifiques à l’entrée d’un port étranger. []
  62. Il faut lire rôder. []
  63. Fanal, lanterne servant de signal dans la nuit. []
  64. Il faut lire qualité. []
  65. Il faut lire aucune. []
  66. Il faut lire ici n’eumes. []
  67. Amurer, fixer l’amure d’une voile pour l’orienter selon le vent. []
  68. Faire relâche, séjourner dans un port ou sur un mouillage. []
  69. À la serre, type d’amarrage ordinaire d’un canon dans les batteries basses du navire. En dehors des combats, les canons sont immobilisés à l’aide de cordages, la bouche appuyée contre la serre-bauquière — pièce de bois longitudinale d’un navire chevillée à tous les couples — dans l’axe du sabord. []
  70. Sabord, ouverture quadrangulaire servant de passage à la bouche des canons. Comment ne pas penser ici au capitaine Archibald Haddock pour qui les sabords vont au moins par mille ! []
  71. Il faut lire s’échappa. []
  72. Peut-être la pointe de Chef de Baie qui ferme la rade de La Rochelle. []
  73. Être en barbe, être mouillé à l’avant et à proximité d’un autre navire. []
  74. Pointe des Minimes, cap situé au sud de La Rochelle. []
  75. Environ 9,15 m. []
  76. Il s’agit ici d’alléger le navire. []
  77. Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas (1701-1781), secrétaire d’État de la Marine de 1723 à 1749. []
  78. La Gironde, frégate du roi armée pour la guerre de course contre les Anglais en 1745, voir Pierre Thomas-Lacroix, « La guerre de course dans les ports des amirautés de Vannes et de Lorient, 1744-1783 », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, tome 26, 1946, p. 159-215. []

Une réflexion sur « Projet Æteicab : la frégate du roi le Renard (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.