Une balise à la mer

Ce billet a été composé à quatre mains avec Marine Parra (“Jardin” de poésie et Eveille), doctorante en lettres et littérature françaises à l’université de Haute-Alsace (ILLE) et ATER à l’université Bretagne Sud (TEMOS).

Genèse d’un projet

À l’origine de ce lieu d’élaboration, une conversation. Celle entre un historien et une littéraire, tous deux habités par le goût de l’archive — tel que l’a décrit Arlette Farge et à sa suite le collectif réunit autour de Frédéric Clavert et Caroline Muller1. Aussi déroutante que démesurée, l’archive offre, pour qui sait la lire, l’ordonner et la transmettre, un regard sur les faits aux effets de réel sans commune mesure. Dans l’obscurité des « boîtes », sagement alignées sur les étagères des réserves, sommeillent des lambeaux de réalités, les bribes de vies d’hommes et de femmes marquées par les non-dits et les silences. La relation étroite qui nous lie à nos sources n’est toutefois pas de l’ordre du mystique ; le récit que nous élaborons ne vise pas à ramener à la vie ces personnages du passé aux contours souvent incertains. Tout au contraire, notre grammaire de l’intrigue « les garde disponibles à ce qu’un jour, et ailleurs, une autre narration soit faite de leur énigmatique présence »2.

Comme la main de l’artisan sculpteur, le geste laborieux et mesuré qui sous-tend notre goût de l’archive embrasse d’abord la matière dans sa brutalité, avant de la dégrossir. Puis, les parties les plus saillantes sont ébauchées avant les plans intermédiaires et les détails ouvrés avec une minutie grandissante. Depuis plusieurs décennies, l’introduction du numérique a agi comme un révélateur du continuum entre ces différents niveaux de granularité. De l’acquisition des données à leur exposition, en passant par leur exploration, leur mise en relations et leur conservation, le numérique s’est invité à des degrés divers dans chacun de ces gestes. C’est ce que montre aussi la “numérisation” des formations dans lesquelles nous sommes intervenus : métiers du livre pour l’une, humanités pour l’autre. Les parcours proposés s’attachent ainsi à intégrer l’apprentissage du numérique dans des enseignements professionnels et disciplinaires, toujours adossés à l’histoire du livre. De même, les filières dites classiques s’efforcent, de plus en plus, d’offrir un bagage numérique pertinent à leurs étudiant·e·s. Aussi, nos interventions sont-elles l’occasion de faire œuvre d’artisan, de se confronter aux sources, aux outils liés aux processus de recherche qu’elles appellent, d’interroger nos pratiques. Pour se faire, il nous a semblé que plus les exemples traités étaient tangibles, plus l’expérience donnait à voir, dans toute son entièreté, l’articulation fine des processus scientifique et technique.

Le projet Æteicab (Archives éditorialisées en TEI de CArnets de Bord), première expérience menée dans le cadre de cette réflexion, est né à l’occasion d’un cours d’initiation à la Text Encoding Initiative (TEI) à destination des étudiant·e·s du master MLHN de l’université Bretagne Sud3. Il trouve des prolongements à l’université de Rouen Normandie, d’abord dans un cours d’outillage numérique à destination des historien·ne·s du master Sciences historiques, puis dans le cadre d’une initiation à la publication assistée par ordinateur pour les étudiant·e·s du master Humanités numériques.  Les billets liés à ce projet seront donc amenés à évoluer au fur et à mesure des campagnes d’enrichissement et de valorisation des données.

Vade-mecum & cadre du projet

La structuration TEI des sources est, il faut en convenir, une pratique de l’édition scientifique difficile à appréhender. Elle demande une familiarité avec les humanités numériques et, plus généralement, avec la philologie du numérique. Le choix des textes et la mise en contexte des usages dans lesquels la TEI trouve sa place sont de ce fait capitaux pour permettre de se familiariser aux problématiques de l’encodage des textes en sciences humaines. Par ailleurs, le choix des archives devait répondre à quatre critères de faisabilité : 

1– Les sources devaient être numérisées et accessibles en ligne4 ;

2– Les documents devaient être traitables5 dans le cadre d’un cours d’environ 20h ;

3– Autant que faire se peut, nous avons sélectionné des archives permettant des formes d’exploitation les plus variées possibles (cartographique, chronologique, éditoriale, etc.) ;

4– Enfin, nous avons volontairement choisi de privilégier l’expérience en elle-même au résultat obtenu. La question de la reproductibilité nous semble devoir primer ici. L’encodage reste perfectible, les choix de transcriptions pourraient être discutés, nos recherches sur les textes complétées, mais chaque étape aura été réfléchie, argumentée, motivée par l’ensemble des participants au projet, et explorée plus précisément selon les perspectives travaillées dans chacun des cours.

Les fichiers TEI de chaque édition seront disponibles au téléchargement et commentés, dans le cadre d’une réflexion sur l’encodage des journaux de bord, de même que les PDF issus du travail de PAO. Les billets déposés sur ce carnet sont une valorisation circonstanciée des travaux en cours.

Qu’est-ce qu’un journal de bord au XVIIIe siècle ?

À la fin du siècle précédent, les grandes ordonnances de la marine d’août 1681 et d’avril 1689 ont affirmé la nécessaire tenue de journaux de bord pour les navires de guerre et de commerce :

Dans les voyages de long cours, il aura deux papiers Journaux. Sur le premier, il escrira les changemens des routes & des vents, les jours & heures des changemens, les lieuës qu’il estimera avoir avancé sur chacun, les reductions en latitude & longitude, les variations de l’aiguille, ensemble les sondes & terres qu’il aura reconnuës ; & sur l’autre, il mettra de vingt-quatre heures en vingt-quatre heures au net, les routes, longitude et latitude réduites, les latitudes observées, avec tout ce qu’il aura découvert de remarquable dans le cours de sa navigation6.

Le journal de bord, dont la rédaction quotidienne et à heure fixe est confiée à un officier (capitaine, lieutenant ou enseigne), s’inscrit donc dans un cadre réglementaire qui lui confère sa valeur juridique.

On l’appelle “le second”, mais il est l’officier par excellence ; il tient également le journal de bord, dont il est responsable devant les armateurs et les assureurs ; de plus, il est chargé de l’arrimage, la bonne conservation et la livraison de la cargaison. Il est aussi ex officio le bel esprit du bord, car nul capitaine ne voudrait s’abaisser à plaisanter avec les matelots, et les plaisanteries du lieutenant, elles, ne sauraient retenir leur attention. Chaque fois que le second juge bon de régaler son public de quelque grosse blague ou autre farce, tout le monde se sent moralement obligé de rire.7

Mais, à la différence de la relation de voyage, le journal de bord est avant tout un support à la navigation — au même titre que la carte — pour connaître, évaluer, et s’approprier l’espace maritime. Aussi, il n’apporte souvent aucune autre information sur le déroulement du voyage que des données nautiques et météorologiques.

Cette aridité des sujets abordés, maintes fois soulignée, explique pour partie que ce type de sources ne soit que peu mobilisé par les chercheurs. De même, la relative rareté des journaux de bord dans les archives publiques constitue un obstacle pour les chercheur·se·s. En effet, le dépôt de ces documents — a fortiori ceux d’origine privée — auprès du greffe de l’amirauté « n’est plus d’actualité au XVIIIe siècle, car les besoins de renseignements sur les routes et pour la formation de nouveaux pilotes semblent […] satisfaits »8. À titre d’exemple, les archives départementales de Loire-Atlantique ne conservent que dix-sept journaux de navigation allant de 1706 à 17969.

Pour autant, les journaux de bords s’avèrent d’une grande richesse, tant du point de vue de leur variété formelle — répondant à des objectifs différents d’un cas à l’autre —, que des informations enregistrées. Ils sont la mémoire, même fragmentaire, des expéditions menées et des hommes qui les composent.

Règles d’établissement des textes10

Les normes définies lors de l’étape de transcription des sources ont fait l’objet de nombreux échanges avec les étudiant·e·s. Il a été collégialement11 décidé de limiter au maximum nos interventions sur le texte afin, d’une part, d’en préserver les particularités et, d’autre part, de permettre à des études de linguistiques historiques de travailler à partir de ces transcriptions12. Ce choix implique de donner à lire des sources parfois obscures, un phrasé qui sent encore les embruns iodés, une graphie souvent rêche. Amateurs de belles lettres, soyez indulgents ; passionnés d’archives13, montez à bord, vous êtes ici chez vous.

Quelques dispositions ont été prises :

1– Si l’accentuation et la ponctuation restent inchangées, les s long (ſ) ont été remplacés par des s finaux ou s ronds ;

2– Les mots agglutinés sont séparés ; en revanche, les locutions qui, par la suite, se sont soudées pour ne former qu’un seul mot (essentiellement de futurs adverbes et conjonctions : aussi tôten finlong temslors que, etc. ) ne sont pas réunies ;

3– Les abréviations, à l’exception des plus courantes (comme M. pour M[onsieur] ou st pour s[ain]t), sont résolues entre crochets ;

4– La terminologie marine est autant que possible éclairée en note de bas de page, de même que certaines expressions propres au quotidien de la vie en mer ;

5– D’autres indications d’ordre formel14 comme les ajouts interlinéaires suscrits ou souscrits sont également renseignés en note ;

6– En revanche, les mots barrés ou tâches sont indiqués entre crochets dans le corps du texte15

Responsabilités éditoriales

Le cours d’initiation à la TEI a été divisé en deux groupes dans le cadre des TD, chacun a travaillé sur un carnet de bord différent, tous deux conservés aux archives départementales de la Loire-Atlantique dans le fonds de l’Amirauté de Nantes (série B) et celui de la Chambre de commerce de Nantes (série C) :

Journal pour servir à Michell Magrah, capitaine du navire la Rose de Saint-Sebastien — 1755 (C 687 / 1) 

Équipe : Salomé Begue, Sandra Bellemin, Gwenc’hlann Bouder, Violaine Burdin, Louise Coiffard, Diwenza Cottin, Agathe Dutot, Clément Goubil, Caroline Guevel, Cécile Hamon, Damien Hervé, Victor Jamet, Marie Kergoustin, Lynda Kheddouci et Richard Mathurin Boissy.

Journal de navigation pour servir au Sieur Le Breton Lavallée, capitaine en second sur la frégate du roi le Renard — 1747 (B 5004 / 4)

Équipe : Hélène Haller, Auriane Laurent, Léopoldine Lefevre, Marine Le Delliou, Amandine Le Guern, David Maligorne, Coralie Meyer, Margot Miossec, Emma Pauvert, Clémence Ravet, Selenne Ribouchon, Baptiste Rio, Camille Sarrazin, Léa Telef et Joséphine Tonnerre.

Légende photo : Un été à Groix | Marine Parra (CC BY-ND 2.0)

Pour citer ce texte : Marine Parra et Benoît Roux, « Une balise à la mer », dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 20/12/2020 | https://kalinago.hypotheses.org/2570, Consulté le 19/10/2021.


  1. Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire » no 233, 1989. Frédéric Clavert et Caroline Muller, Le Goût de l’archive à l’ère numérique [en ligne]. Consulté le 27 novembre 2020. []
  2. Arlette Farge, Le Goût de l’archive…op. cit., p. 145. []
  3. Voir plus bas la liste complète des participants à ce projet collectif. []
  4. Si le contexte sanitaire et la fermeture des dépôts d’archives à partir du mois d’octobre a conforté notre choix, ce dernier a été motivé à l’origine par la volonté de valoriser davantage des contenus — par le biais de leur édition structurée — qui avaient déjà fait l’objet d’une première étape de mise en lumière via leur numérisation et leur mise en ligne par les services de conservation. []
  5. Cela revient à dire qu’ils ne peuvent excéder une dizaine de pages, mais aussi que l’objet du cours ne doit pas devenir celui d’une bataille paléographique. Les seiziémistes et dix-septiémistes que nous sommes ont donc, par facilité et momentanément, rejoint le siècle des Lumières. Quelques passages nous ont cependant donné du fil à retordre et restent incertains. []
  6. Ordonnance de Louis XIV, roy de France et de Navarre, donnée à Fontainebleau au mois d’Aoust 1681, touchant la Marine, Paris, Denys Thierry et Christophle Ballard, 1681, livre II, titre 4, art. 4, p. 90. Ordonnance de Louis XIV pour les armées navales & arsenaux de marine, du 15 avril 1689, Paris, Prault Père, 1764, p. livre I, titre 7, art. 23, p. 16-17 et livre I, titre 9, art. 16, p. 31. []
  7. Richard Henry Dana Jr., Deux années sur le gaillard d’avant, trad. et intro. Simon Leys, Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite bibliothèque Payot. Voyageurs » no 266), 1990 [1840], chap. 3, p. 39. []
  8. Éric Roulet et Patrick Villiers, « La législation française des journaux de bord au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle d’après les ordonnances de marine », dans Christian Borde et Éric Roulet (éd.), Les Journaux de bord, XIVe-XXIe siècle, Aachen, Shaker Verlag, coll. « Les sources de l’histoire maritime », 2015, p. 27. []
  9. Archives départementales de Loire-Atlantique, « Journaux de bord » [en ligne]. Consulté le 27 novembre 2020. []
  10. Les précisions, apportées ici en compléments des règles d’établissement du texte, font partie d’un effort d’explicitation des motivations à l’origine de nos choix, et ce, afin que les étudiant·e·s puissent se projeter dans les effets sur le texte des protocoles choisis. []
  11. Démocratiquement même, puisque chaque décision en la matière a fait l’objet d’un vote. []
  12. Dans la perspective d’un encodage en TEI, ce choix interviendrait moins lors du travail de transcription des documents qu’au moment de la conversion XSLT pour adapter la forme de sortie aux différentes lignes éditoriales définies en amont. Dans le cas particulier d’une étude linguistique de ces textes en action, rédigés au quotidien et en cela porteurs d’une certaine forme d’oralité, il faudrait bien sûr établir un corpus plus significatif. Même si cet axe ne sera pas traité dans le cadre du projet, il nous a semblé important d’envisager ces usages afin de projeter, dans le cadre d’une sensibilisation pédagogique, les traitements possibles de ces sources. []
  13. Et parmi les lecteurs de ce carnet, ils sont nombreux. []
  14. Ces indications sont limitées. Le lecteur pourra se référer à la numérisation pour une étude de la mise en texte qui, d’ailleurs, présente un intérêt tout particulier. Par exemple, le scripteur du journal de la Rose se refuse à inscrire les notes d’une journée sur deux feuillets différents. []
  15. Ce choix peut, certes, alourdir la lecture, mais il est important d’éviter que ces phénomènes ne soient rattachés par le biais de la note à une portion de texte étrangère aux repentirs, ratures et autres accidents de plume. []

3 réflexions au sujet de « Une balise à la mer »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.