L’intrigant père Verdier

Un matin à la Bibliothèque Mazarine. Dans la quiétude des boiseries ocre de la grande galerie, l’œil butine de table en table, s’attarde sur les visages de marbre, de bronze et de chair. Tout à coup, le regard s’éprend et se surprend des motifs marins qui recouvrent les plats du manuscrit déposé encore fermé sur le lutrin. L’effluve familier de l’archive, où les saveurs tourbées se confondent à des notes d’amande amère, devient celui du grand large, de nouveaux horizons. Passé ce seuil océanique, la reliure craque, le papier crisse. Les doigts accompagnent sans peine les premiers mots portés à la garde supérieure :

Le Pere Verdier missionnaire a écrit cette histoire de la Guadeloupe en 1648 à la sollicitation d’une foule de ses amis et par l’ordre de ses superieurs et ce bon pere a vécu malgré ses travaux 101 ans ; a cent ans il celebroit encore la messe et lisoit sans lunettes ; il s’est endormi paisiblement dans le sein du Seigneur1.

L’inscription de ces éléments biographiques met en abyme le récit que le lecteur s’apprête à lire : l’Histoire des isles de la Guadelouppe, Martinique, St Christophle, la Dominique et autres isles circonvoisines en l’Amerique, et des Sauvages en icelles. Elle est le lieu de l’affirmation auctoriale du relationnaire.

Nulle part, il n’est pourtant question de ce « Pere Verdier » : ni chez les bibliographes, qui attribuent — sans l’ombre d’un doute — l’Histoire des isles… au dominicain Jean-Baptiste Du Tertre (1610-1687), ni chez les historiens du fait missionnaire aux Petites Antilles2

Peu à peu, un brouillard équivoque s’insinue entre les lignes et interroge la pertinence de cette énigmatique présence.

Comment ne pas songer alors aux mots que Du Tertre adresse au magistrat bibliophile Achille II de Harlay (1606-1671), à l’occasion de la publication de son Histoire generale, des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique, et autres dans l’Amérique (1654)  :

[Je] n’aurois jamais pensé à le donner au public, si je n’avois été averty qu’il étoit plus mal-heureux sur la terre que sur la mer, & qu’apres avoir évité les Pirates de dix-huit cens lieües de mer, il étoit poursuivy sur la terre par les voleurs du labeur d’autruy, qui s’en étoient desja saisis, par le moyen de certaines personnes, ausquelles j’en avois presté une copie fort confuse ; toute mal en ordre qu’elle étoit, ils luy vouloient faire porter un autre nom que le Mien3.

L’insaisissable père Verdier aurait-il essayé de tromper son monde ? Serait-il de ces pirates dénoncés par le domicain ? A-t-il seulement jamais existé ? Ou n’est-il qu’un prête-nom à quelque auteur bien connu — le pasteur Charles de Rochefort, nommément accusé du larcin par Du Tertre près de vingt ans après les faits4 ?

À moins que ce ne soit Jean-Baptiste Du Tertre qui se joue de son lecteur, qui se joue de nous. Pourquoi non ? Manuscrit copié, manuscrit volé, manuscrit rescapé, trois topiques qui renvoient — au moins depuis le Parménide de Platon — à l’origine même du manuscrit édité en faisant entrer en scène deux ressorts essentiels : l’aléa (« il étoit tombé entre les mains de certains autres Pirates ») et l’amitié (« la sollicitation d’une foule de ses amis »).

Mésaventure subie ou stratégie délibérée, l’équivoque persiste et résiste dans le silence des mots. Quoi de plus étonnant en ce milieu de XVIIe siècle ? L’époque oscille encore entre la volonté d’explicitation des responsabilités auctoriales et la tentation toujours récurrente d’un obscurcissement, d’une mystification assumée.

Légende photo : Détail du papier peint aux motifs marins qui recouvre le plat supérieur du manuscrit de l’Histoire des isles de la Guadelouppe, Martinique, St Christophle, la Dominique et autres isles circonvoisines en l’Amerique, et des Sauvages en icelles | Bibliothèque Mazarine, Fonds Chatillon, Ant Ms 7

Pour citer ce texte : Benoît Roux, « L’intrigant père Verdier », dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 2020-11-25 | https://kalinago.hypotheses.org/2494, Consulté le 2022-08-08.


  1. Bibliothèque Mazarine, Fonds Chatillon, Ant Ms 7, Histoire des isles de la Guadelouppe, Martinique, St Christophle, la Dominique, et autres isles circonvoisines en l’Amérique, et des Sauvages en icelles, 1648 []
  2. Peut-être faudrait-il chercher du côté des annales d’ophtalmologie la trace de ce religieux qui lisait encore sans lunettes à 100 ans… []
  3. Jean-Baptiste Du Tertre, Histoire generale, des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique, et autres dans l’Amérique, Paris, Jacques et Emmanuel Langlois, 1654, epistre, ā3r. Certains exemplaires de cet ouvrage circulent avec une version différente : « [Je] n’aurois jamais pensé à le donner au public, si je n’avois été averty qu’il étoit plus mal-heureux sur la terre que sur la mer, & qu’apres avoir évité les Pirates de dix-huit cens lieüs de mer, il étoit tombé entre les mains de certains autres Pirates, qui font profession de s’enrichir des pertes d’autruy, & qu’ils vouloient mettre au jour sous leur nom, encore qu’ils n’en eussent qu’une copie forte imparfaite. » []
  4. Jean-Baptiste Du Tertre, Histoire générale des Antilles habitées par les François, Paris, Thomas Jolly, 1667, tome 1, ā4v-ā5r. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search