Sous la plage, la banquise !

Dans l’économie propre au récit de voyage, la digression constitue bien souvent une part obligée de la progression narrative. C’est ainsi que le pasteur Charles de Rochefort entraîne le lecteur de son Histoire naturelle et morale des iles Antilles (1658) des plages tropicales de la Caraïbe aux plaines glacées de l’Arctique. Le récit de la découverte, en 1644, d’un narval (« licorne des mers ») sur les côtes de l’île de la Tortue justifie cette introduction parataxique d’un excursus polaire, « touchant plusieurs belles & rares cornes qu’on a apportées depuis peu du détroit de Davis ; & la qualité de la terre, & les meurs des Peuples qui y habitent »1. Le ministre protestant ouvre alors les fenêtres de son cabinet de travail et guide notre regard sur l’agitation du port de Flessingue (Vlissingen) à l’arrivée du navire de Nicolas Tunes.

Vue de Flessingue en 1669, par Petrus Segaers | Zeeuws Maritime MuZEEum

Ce capitaine est parti du même havre à la fin du printemps 1656. Plusieurs marchands de la ville — parmi lesquels Cornelius Lampsins (1600-1664), l’un des promoteurs de la colonisation de l’île antillaise de Tobago deux ans plus tôt2 — ont financé l’expédition et attendent de toute évidence avec fébrilité son retour.

Aussi, écoutez la clameur qui monte des quais et faites cap sur les eaux boréales avec le récit, édité au terme du billet, de cette expédition.

« Le froid qui regne en cette contrée n’est pas si rigoureus, qu’il y ait gelé toute sorte de commerce »

Le navire de Nicolas Tunes a été armé « en intention de découvrir quelque nouveau commerce es terres du Nord ». Ce Nord de la première modernité — bien qu’il ne soit jamais clairement défini, sinon comme un confin3 — est celui de la Nouvelle-Zemble, de l’Islande et du Groenland4. Mais c’est bien plus à l’ouest, dans le détroit de Davis, exploré soixante-dix ans auparavant par l’Anglais John Davis (1585-1587)5, —, que s’aventure notre capitaine zélandais.

À en juger par sa cargaison au retour, Nicolas Tunes s’est principalement adonné à la traite avec les autochtones, voire à la pêche. Les deux activités sont alors souvent complémentaires et assurent la rentabilité de ce genre d’expédition. D’ailleurs, si le détroit de Davis est fréquenté depuis déjà quelques décennies par les flottes européennes, l’importance de son rôle économique en ce milieu de XVIIe siècle, et notamment pour les pêcheries, reste aujourd’hui difficile à évaluer6. C’est en général en avril ou mai que les navires pénètrent dans le détroit — Nicolas Tunes y arrive fin juin (1656) — et en octobre qu’ils en repartent. Cependant, il n’est pas rare que certains se fassent surprendre par les glaces et demeurent prisonniers tout l’hiver ou sombrent. Si aucun détail n’est ici donné quant à la durée du voyage, plusieurs précisions dans le récit au sujet de l’hiver boréal pourraient laisser penser que nos marins zélandais sont eux-mêmes restés en Arctique jusqu’au printemps suivant.

Chasseurs de baleines néerlandais sur les côtes arctiques vers 1650-1700, par Abraham Storck | Rijksmuseum Amsterdam

« Quant aus Peuples qui habitent cette terre, Nos Voyageurs y en ont veu de deus sortes, qui vivent ensemble »

L’expédition de Nicolas Tunes remonte jusqu’au 72e parallèle Nord et met pied à terre du côté de l’île de Baffin (Qikiqtaaluk / ᕿᑭᖅᑖᓗᒃ7) occupée par des populations inuites.

Mais c’est en mer qu’a lieu la rencontre avec les autochtones ; à quelques encablures des côtes, un groupe d’Inuits dans leurs embarcations se porte au-devant du navire zélandais. Cette scène d’ouverture, motif récurrent des récits de contact, est l’occasion d’une description détaillée du canot monoplace indigène, le qajaq (ᖅᑲᔭᖅ) ou kayak, et de son équipement (la pagaie double, le tuilik8, etc.).

Or, afin que la description de ces rares vaisseaus, & de ces hommes de mer, soit mieux éclaircie & comme animée : nous en avons icy fait mettre une figure, laquelle a été tirée au naturel sur l’original.

La relation évoque également l’umiaq (ᐅᒥᐊᖅ), une grande chaloupe en bois et peau de phoque, destinée au transport familial et à la chasse à la baleine. Généralement propulsée à l’aide de pagaies simples, elle peut aussi à la faveur du vent être équipée de voiles en cuir.

De nombreux autres aspects de la vie matérielle des Inuits de Davis sont encore abordés dans ce texte (habillement, armement, habitat, nourriture, etc.). Toutefois, si le récit du voyage de Nicolas Tunes est toujours cité de nos jours, c’est surtout qu’il documente pour la première fois l’existence d’Inuits aux caractéristiques physiques a priori distinctes :

Les uns sont d’une fort haute stature, bien faits de corps, de couleur assez blanche, & fort habiles à la course. Les autres sont de beaucoup plus petits, d’un teint olivâtre, & assés bien proportionnez en leurs membres, horsmis qu’ils ont les jambes courtes & grosses. Les premiers se plaisent à la chasse, à laquelle ils sont portez par leur agilité & leur belle disposition naturelle, pendant que ceus-cy s’occupent à la pesche.

Au cours des trois siècles suivants, plusieurs explorateurs du Grand Nord réalisent des observations similaires dans la région de Baffin et de l’Île Victoria. Au retour de sa première campagne arctique (1819-1822), Sir John Franklin (1786-1847) — passé à la postérité populaire après la disparition de son expédition dans les glaces boréales (1845-1847)9 — mentionne ainsi avoir été en contact avec un Inuit aux traits européens :

The countenance [of this man] was oval, with a sufficiently prominent nose, and had nothing very different from a European face, except in the smallness of his eyes and perhaps, in the narrowness of his forehead. His complexion was very fresh and red, and he had a longer beard than I have hitherto seen on any of the aborigines of America10.

En 1912, un article du National Geographic Magazine met en relation ces témoignages avec celui de l’ethnologue Vilhjalmur Stefansson (1879-1962), parti deux ans auparavant à la rencontre des Inuinnait (ou Copper Inuit). Son auteur, le major Adolphus W. Greely (1844-1935), y popularise l’expression « Blond Eskimo » pour qualifier les Inuits aux cheveux clairs et au teint pâle observés depuis le XVIIe siècle11. L’année suivante, les propos de Stefansson ouvrent une controverse en suggérant que ces particularités physionomiques pourraient être le résultat d’un métissage, sur plusieurs générations, avec une colonie norroise du Groenland disparue au XVe siècle12. Les travaux récents de l’ethnologue Gísli Pálsson et de l’anthropobiologiste Agnar Helgason sont venus infirmer par des analyses génétiques cette hypothèse, tout en replaçant l’enthousiasme suscité par la théorie de Stefansson dans son contexte historique13.

« Blond Eskimo » rencontrés par Stefansson dans la baie du Prince Albert, Île Victoria | Biodiversity Heritage Library

Quoi qu’il en soit, c’est bien la frustration qui persiste en regard de ce que l’auteur de l’Histoire naturelle et morale des iles Antilles aurait pu, de son propre aveu, ajouter au sujet des Inuits rencontrés par Nicolas Tunes :

Nous en avons un petit Vocabulaire : mais de peur de grossir un peu trop cette digression, nous le reserverons parmy nos memoires, jusques à ce qu’un second voyage qu’on projette pour ce d’étroit, nous en ait donné de plus claires lumieres.

« Leur beauté et leur rareté leur doivent faire tenir le premier rang entre les plus précieuses richesses des plus curieux cabinets »

En donnant à lire au public cette pièce tirée de sa bibliothèque, le pasteur Charles de Rochefort se présente comme un collectionneur de memorabilia exotiques, un « curieux d’histoire et d’histoire naturelle » pour reprendre la typologie de l’historien de l’art Antoine Schnapper14. Il est vraisemblable que ce soit par l’intermédiaire du bourgmestre Cornelius Lampsins, précédemment mentionné, que Charles ait obtenu de Nicolas Tunes son récit.

Le voyage lui-même ouvre un horizon élargi au marché de la curiosité exotique. L’expédition rapporte en effet du détroit de Davis, des tenues et des objets du quotidien inuits, plusieurs kayaks, un umiaq, des fourrures, des côtes de baleine et surtout des dents de narval. Un important bénéfice en est espéré, quitte à user de quelques supercheries pour en faire augmenter la valeur :

On en a envoyé quelques unes à Paris, & en d’autres endroits de l’Europe, qui y ont esté bien receuës : mais il y a grande apparence qu’elles seront encore plus prisées, quand on aura la connoissance des admirables vertus qu’elles ont en la Medecine. Car bien que leur beauté, & leur rareté, leur doivent faire tenir le premier rang entre les plus precieuses richesses des plus curieus cabinets : plusieurs celebres Medecins et Apoticaires de Dannemark, & d’Allemaigne, qui en ont fait les essays en diverses rencontres, témoignent constamment qu’elles chassent le venin, & qu’elles ont toutes les mêmes proprietez qu’on attribuë communement à la Corne de Licorne de terre.

À la même époque, le voyageur et savant Isaac de La Peyrere (1596-1676) dénonce ces procédés : « Les Danois qui les envoyoie[n]t ça, & là, pour les vendre, n’avoient garde de dire que ce fussent des dents de poissons ; ils les exposoie[n]t comme des cornes de Licornes, pour les vendre plus cherement »15.

Quant aux pièces ethnographiques, certaines d’entre elles pourraient avoir été acquises par le Flessingois Delcorne, dans le cabinet duquel l’érudit lyonnais Balthasar de Monconys (1608-1665) remarque en juillet 1663 : « plusieurs cornes de Licornes […] des petits Canots ou bateaux des Sauvages, & une infinité d’autres choses mal tenuës »16. De même, un « bateau en cuir du détroit de Davis » est décrit dans l’entrée du théâtre anatomique de Leyde à partir de 1672. Il s’agit du don d’un certain « D. Doude »17. Un autre kayak de Davis est également mentionné dans les collections du théâtre anatomique d’Amsterdam en 171418. Il est à regretter que parmi les représentations anciennes de ces deux édifices universitaires aucune ne laisse entrevoir leurs antichambres. De nos jours, ce sont près de soixante-dix pièces arctiques antérieures à 1750 qui sont conservées dans les collections ethnographiques européennes19.

Terreur de glace, d’après la série The Terror (2018)

En conclusion, les excroissances encyclopédiques constituent, hier comme aujourd’hui, des chemins de traverse, une pause nourricière dans un voyage effréné. Sur la route de cette translatio diagonale20, le Paradis blanc ne constituerait-il pas en définitive le meilleur refuge face aux affres du monde ?


CHAPITRE DIXHUITIÉME.

Description particuliere d’une Licorne de Mer, qui séchoua à la rade de l’Ile de la Tortuë en l’an 1644. Avec un recit curieus par forme de comparaison & de digression agreable, touchant plusieurs belles & rares cornes qu’on a apportées depuis peu du détroit de Davis ; & la qualité de la terre, & les meurs des Peuples qui y habitent.



[…]
[188] Au même tems que nous tirions de nostre cabinet cette Histoire pour la donner au public, un Navire de Flissingue21 commandé par Nicolas Tunes, dans lequel Monsieur le Bourguemaistre Lampsen22, qui est maintenant Deputé de sa Province en l’assemblée de Messieurs les Etats Generaus, Monsieur Biens23, Monsieur Sandra24 & d’autres Marchands de la même [189] ville étoient interessez, étant heureusement retourné du d’étroit de Davis en a rapporté entre autres rarétez plusieurs excellentes dépoüilles de ces Licornes de la mer du Nord25, dont nous venons de parler. Et d’autant que la relation qu’on nous a envoyée touchant ce voiage, peut donner de grandes lumieres à la matiere que nous traittons, nous croyons que le Lecteur curieus trouvera bon, que nous le servions de cette nouveauté par forme de digression, qui sera accompagnée de la même fidelité, avec laquelle elle nous a esté communiquée.

Le Capitaine de qui nous tenons ce recit étant party de Zelande sur la fin du Printems de l’an 1656, en intention de découvrir quelque nouveau commerce es terres du Nord, arriva sur la fin du mois de Juin dans le Détroit de Davis, d’où étant entré dans une riviere qui commence au soixante quatrième degré & dix minutes de la ligne en tirant vers le Nord, il fit voile jusques au spetante deusième sous lequel la terre que nous allons décrire est située.

Dez que les Habitans du Païs qui étoient à la pesche eurent apperceu le Navire, ils le vinrent recognoitre avec leurs petis esquifs, qui ne sont faits que pour porter une seule personne26, les premiers qui s’étoient mis en ce dévoir en attirerent tant d’autres aprez eux qu’ils composerent en peu de tems un escorte de soixante & dix de ces petis vaisseaus, qui n’abandonnerent point ce Navire étranger jusques à ce qu’il eut moüille à la meilleure rade, où ils luy témoignerent par leurs acclamatiō[n]s & par tous les signes de bienveüillance qu’ō[n] peut attendre d’une Nation si peu civilizée, la joye extraordinaire qu’ils avoyent de son heureuse arrivée. Ces petis vaisseaus sont si admirables, soit qu’ils soyent considerez en leur matiere, soit qu’on ait égard à la merveilleuse industrie dont ils sont fassonnez, ou à la d’exterité incomparable avec laquelle ils sont conduits, qu’ils meritent bien, de tenir le premier rang dans les descriptions que cette agreable digression nous fournira.

Ils sont composez de petis bois deliez, déquels la plupart sont fendus en deus comme des cercles. Ces bois sont attachez les uns avec les autres avec de fortes cortes de boyaus [190] de Poissons qui les tiennent en arrest, & leur donnent la figure qu’ils doivent avoir, pour estre propres aus usages ausquels ils sont destinez. Ils sont couverts en dehors de peau de Chiens de mer27, qui sont si proprément cousuës par ensemble, & si soigneusement enduites de resine à l’endroit des coutures, que l’eau ne les peut aucunement penetrer.

Ces petis Bateaus sont ordinairement de la longueur de quinze à seize pieds28, & ils peuvent avoir par le milieu où ils ont plus de grosseur environ 5 pieds29 de circonference. C’est aussi de cet endroit qu’ils vont en appetissant30, de sort que les extremitez aboutissent en pointes, qui sont munies d’os blanc, ou de dépouïlles des Licornes dont nous venons de parler. Le dessus est tout plat & couvert de cuir de même que le reste, & le déssous a la forme du ventre d’un gros Poisson : de sorte qu’ils sont tres propres à couler sur les eaus. Ils n’ont qu’une seule ouverture, qui est directement au milieu de tout l’edifice. Elle est relevée tout à l’entour d’un bord de coste de Baleine, & elle est faite à proportion, & de la grosseur du corps d’un homme. Quand les Sauvages qui ont inventé cette sorte de petis vaisseaus s’en veulent servir, soit pour aller à la pesche, ou pour se divertir sur la mer, ils fourrent par cette ouverture leurs jambes & leurs cuisses, & s’étans mis sur leur seant, ils lient si serrément la casaque qui les couvre, avec le bord de cette ouverture, qu’ils semblent estre entez sur cet esquif, & ne faire qu’un corps avec luy.

Voila pour ce qui concerne la figure & la matière de ces petis vaisseaus. Considerons à present, l’équipage des hommes qui le gouvernent. Quand ils ont dessein d’aller sur mer, ils se couvrent par dessus leurs autres habits d’une Casaque, laquelle n’est destinée à aucun autre usage31. Cét habit de mer est composé de plusieurs peaus, denuées de leur poil, qui sont si bien preparées & unies par esemble, qu’on le croiroit estre fait d’une seule piece. Il les couvre dépuis le sommet de la teste, jusques au dessous du nombril. Il est enduit par tout d’une gomme noirâtre, laquelle ne se dissout point dans l’eau, & qui l’empesche de percer. Le Capuchon qui couvre la teste, serre si bien sous le sol, & sur le front, [191] qu’il ne leur laisse rien que la face à decouvert. Les manches sont liées au poignet, & le bas de cette casaque est aussi attaché au bord de l’ouverture du vaisseau avec tant de soin, & avec une telle industrie, que le corps qui est ainsi couvert, se trouve toujours à sec au milieu des flots, qui ne peuvent moüiller avec tous leurs efforts, que le visage & les mains.

Encore qu’ils n’ayent ni voiles, ni mast, ni gouvernail, ni compas, ni ancre, ni aucune des pieces de tout ce grand attirail qui est requis pour rendre nos Navires capables d’aller sur mer. Ils entreprenent neantmoins de longs voiages avec ces petis vaisseaus sur lequels ils semblent estre cousus. Ils se connoissent parfaitement bien aus étoiles, & ils n’ont besoin d’autre guide pendant la nuit. Les rames dont ils se servent ont une largeur à chaque bout en forme de palette, & afin qu’elles puissent coupper plus aisément les flots, & qu’elles soyent de plus grande durée, ils les enrichissent d’un os blanc, qui couvre les extremitez du bois, ils en garnissent aussi les bords des pallettes, & ils y attachent cet ornement avec des chevilles de corne qui leur servent au lieu de clous. Le milieu de ces rames est embelly d’os, ou de corne precieuse de même que les bouts, & c’est par là qu’ils les tiennent afin qu’elles ne leurs coulent des mains. Au reste ils manient ces doubles rames avec tant de dexterité & de vitesse que leurs petis vaisseaus dévancent aisément les Navires qui ont deployé tous leurs voiles, & qui ont le vent & la marée favorables. Ils sont si assurez dans ces petis esquifs, & ils ont une si grande adresse à les conduire, qu’ils leur font faire mille caracoles pour donner du divertissement à ceus qui les regardent. Ils s’escriment aussi quelquéfois contre les ondes avec tant de force & d’agilite qu’ils les font écumer comme si elles étoient agitéez d’une rude tempeste, & pour lors on les prendroit plûtot pour des Monstres marins qui s’entrechoquent, que pour des hommes : Et même pour montrer qu’ils ne redoutent pont les dangers, & qu’ils sont en bonne intelligence avec cet element qui les nourrit & les caresse, ils font le moulinet, se plongeans & roulans en la mer par trois fois consecutives, de sorte qu’ils peuvent passer pour de vrais Amfibies. [192] Quand ils ont dessein de faire quelques voiages plus longs que les ordinaires, où quand ils apprehendent d’estre jettez bien avant en pleine mer par quelque tempeste, ils portent dans le vuide de leur vaisseau une vessie pleine d’eau douce pour étancher leur soif, & du Poisson seché au Soleil ou à la gelée pour se nourrir à faute de viandes fraiches. Mais il arrive rarément qu’ils soyent reduits à recourir à ces provisions : Car ils ont certaines fleches en forme de petites lances, qui sont attachés sur leurs Bateaus, & lesquelles ils s’avent d’arder si vivement sur les Poissons qu’ils rencontrent, qu’il n’arrive présque jamais qu’ils soyent sans ces rafraichissemens. Ils n’ont point besoin de feu pour cuire leurs viandes, par ce que sur la mer & sur la terre, ils sont accoutumez de les manger toutes cruës, ils portent aussi certaines dens de gros Poissons, ou des broches d’os fort pointuës, qui leur tiennent lieu de couteaus, car ils s’en servent pour eventrer & trancher les Poissons qu’ils ont pris. Au reste il n’y peut point avoir de debats dans ces vasseaus, puis qu’un seul homme en est le Maitre, le Matelot, le Pourvoyeur, & le Pilote, qui le peut arréter quand bon luy semble, ou l’abandonner au gré du vent & de la marée, lors qu’il veut prendre le repos qui luy est necessaire pour reparer ses forces. En ce cas il accroche sa rame à des courroyes de cuir de Cerf qui sont preparéez à cet usage, & qui sont attachées par bandes au dessus de ce Bateau : ou bien il la lie à une boucle, laquelle pend au devant de sa casaque.

Les femmes n’ont point l’usage de ces petis Esquifs, mais afin qu’elles puissent quelquéfois se divertir sur la mer, leur marys qui ont beaucoup de douceur & d’amitie pour elles, les conduisent en d’autres vaisseaus, qui sont de la grandeur de nos Chaloupes, & capables de porter cinquante personnes32. Ils sont faits de perches liées par ensemble, & ils sont couverts de peaus de Chiens de mer, comme ceus que nous venons de décrire. Ils peuvent estre conduits à force de rames quand le tems est clame : mais lors que le vent peut servir, ils attachent au mast des voiles de cuir.Or afin que la description de ces rares vaisseaus, & de ces hommes de mer, soit mieux éclaircie & comme animée : [193] nous en avons icy fait mettre une figure, laquelle a été tirée au naturel sur l’original.



Pour parler maintenant de la terre en laquelle naissent ces hommes, qui sont si entendus en la Navigation : les dégrez sous lesquels nous avons déjà dit qu’elle est située témoignent assez, qu’elle est d’une tres-froide constitution. Il est vray que durant le mois de Juin & de Juillet qui composent l’été de cette contrée, & qui sont éclairez d’un jour perpetuel33, de même que ceus de Decembre & de Janvier n’y font qu’une seule nuit34, l’air y est chaud agreable & serein : mais le reste de l’année les jours qui s’allongent & s’accourcissent alternativement, sont accompagnez de broüillards épais, de néges, ou de pluyes glacées, qui sont extrémement froides & inportunes.

Toute la Terre qui est prez de la mer est séche, & herissée de plusieurs rochers pélez, qui sont affreus au possible, elle est aussi inondée en beaucoup d’endroits au tems que les néges se fondent, de plusieurs effroyables torrens qui roulent leurs eaus troubles dans le vaste sein de la mer. Mais lors [194] qu’on a traversé une petite lieuë de mauvais chemin, on rencontre de belles campagnes, qui sont tapissées durant l’Eté d’une agreable verdure. On y voit aussi des montagnes qui sont couvertes de petis arbres, qui recreent merveilleusement la veuë, & qui nourrissent une grande multitude d’oiseaus & de Sauvagine. Et on passe par des vallées, qui sont arrosées de plusieurs claires & agreables rivieres d’eau douce, qui ont assez de force pour se rendre jusques à la mer.

Le Capitaine qui commandoit ce Navire de Flissingue, qui a fait depuis peu le voiage duquel nous avons tiré cette Relation, étant descendu à terre avec une partie de ses gens, & l’ayant soigneusement visitée, il y rencontra entre autres choses dignes de remarque, une veine d’une certaine terre brune, parsemée de paillettes luisantes & argentées, de laquelle il fit remplir une barrique pour en faire l’épreuve : mais apres avoir été mise au creuset, on a trouvé qu’elle n’étoit propre qu’à encroûter des Boettes35, & quelques autres menus ouvrages de bois, ausquels elle donne un fort beau lustre. Cet Indice laisse neantmoins quelque esperance, qu’on pourroit trouver des Mines d’argent parmy cette terre, si on avoit encore pentré plus avant.

Encore que ce Païs soit bien froit, on y voit plusieurs beaus & grands Oiseaus d’un plumage blanc & noir, & de diverses autres couleurs, que les Habitans écorchent, pour en manger la chair ; & pour se couvrir de leurs dépoüilles. On y trouve aussi des Cerfs, des Helans, des Ours, des Renards, des Lievres, des Lapins, & une infinité d’autres Bestes à quatre pieds, qui ont presque toutes le poil blanc ou grisâtre, fort épais, long, doux, & tres-propre à faire de bons chapeaus, ou de belles & tres-riches fourrures.

Quant aus Peuples qui habitent cette terre, Nos Voyageurs y en ont veu de deus sortes, qui vivent ensemble en bonne correspondance & parfaite amitie. Les uns sont d’une fort haute stature, bien faits de corps, de couleur assez blache, & fort habiles à la course. Les autres sont de beaucoup plus petis, d’un teint olivâtre, & assés bien proportionnez en leurs membres, horsmis qu’ils ont les jambes courtes & grosses. Les premiers se plaisent à la chasse, à laquelle ils sont [195] portez par leur agilité & leur belle disposition naturelle, pendant que ceus-cy s’occupent à la pesche. Ils ont tous les dens extremément blanches & serrées, les cheveus noirs, les yeus, vifs, & les traits du visage si bien faits qu’on n’y peut remarquer aucune notable difformité. Ils sont aussi tous si vigoureus, & d’une si forte constitution, qu’on en voit plusieurs qui ayans passé la centiéme année de leur âge, sont encore fort alaigres & fort robustes.

En leur conversation ordinaire ils paroissent d’une humeur gaye, hardie & courageuse. Ils aiment les étrangers qui les vont visiter, à cause qu’ils leurs portent des aiguilles, des hameçons, des couteaus, des serpes, des coignées, & tous les autres ferremens qui leur sont propres, & dont ils font une si grande estime qu’ils les achetent au prix de leurs propres habits, & de tout ce qu’ils ont de plus precieus : mais ils sont si grands ennemis de toute nouveauté en ce qui concerne leurs vétements & leur nourritue, qu’il seroit bien difficile de leur faire recevoir aucun changement ni en l’un ni en l’autre. Encore qu’ils soyent l’une des plus pauvres, & des plus BArbares nations que le Soleil éclaire, ils se croyent tres-heureux, & les mieus partagez du monde : Et ils ont si bonne opinion de leur maniere de vivre, que les civilitez de tous les autres Peuples, passent aupres d’eux pour des actions mal-seantes, Sauvages, & ridicules au possible.

Cette haute estime laquelle ils ont conceuë de leur condition, ne contribuë pas peu à cette satisfaction, & à ce contentement d’esprit qu’on lit sur leur visage ; Joint qu’ils36 ne s’entretiennent pas dans la vanité de plusieurs desseins, qui pourroient troubler leur tranquillité : Ils ne scavent ce que c’est de tous ces soucis rongeans, & de ces chagrins inportuns, dont le desir déreglé des richesses tourmente la plûpart des autres hommes. La commodité des beaus & somptueus bâtimens, la gloire du siecle, les delices des festins, la connoissance des belles choses, & tout ce que nous estimons la douceur & le repos de la vie, n’ayant point encore penetré jusques à eus, ils ne sont aussi travaillez d’aucune pensée de les posseder, qui pourroit interrompre le dous repos dont ils joüissent : mais tous leurs desseins sont terminez à [196] acquerir sans beaucoup d’empressement, les choses qui sont precisément necessaires pour leur vétement, & pour leur nourriture.

Leurs exercices les plus ordinaires sont la pesche & la chasse : & encore qu’ils n’ayent point d’armes à feu, ni de filets, l’ingenieuse necessité leur a suggeré des autres industries toutes particulieres pour y pouvoir reussir. Ils mangent toutes les viandes dont ils se nourrissent sans les faire cuire, & sans autre sauce que celle que leur franc appetit leur fournit. Ils se rient de ceus qui font cuire le poisson ou la venaison, car ils tiennent que le feu consomme leur saveur naturelle, & tout ce qui les rend plus agreables à leur goût.

Encore qu’ils n’ayent point besoin de feu pour cuire leur viandes, ils en loüent neantmoins grandement l’usage, & leurs cavernes n’en sont jamais dépourveuës durant l’hyver ; tant pour éclairer & adoucir par sa lumiere, la noirceur & l’effroy de cette longue nuit, qui regne en leur contrée ; que pour temperer par son aimable chaleur la froidure qui les tient assiegez de toutes parts. Mais quand ils prennent leur repos, ou qu’ils sont contrains de sortir de leurs grottes, ils se munissent d’une certaine fourrure, laquelle par un excellent trait de la Divine Providence, a la vertu de les garantir contre toutes les injures du froid, quand ils seroyent couchez au milieu des néges.Les habits des hommes consistent en une Chemise, un haut de chausse, une Casaque & des bottines. La Chemise ne bat que jusques au dessous des reins. Elle a un Capuchon qui couvre la teste & le col. Elle est faite de vessies de gros Poissons, qui sont couppées par bandes d’une égale largeur, & fort proprément cousuës par ensemble. Elle n’a point d’ouverture à la poitrine comme les nôtres ; mais afin qu’elle ne se déchire en la vétant, les bouts des manches la tétiere, & le déssous sont bordez d’un cuir noir fort delié : selon la figure laquelle nous avons fait mettre en ce lieu. [197]



Leurs autres Habits, & même leurs bottines, sont aussi de pieces r’apportées comme leurs chemises : mais ils sont d’une matière beaucoup plus forte assavoir de peaus de Cerf, ou de Chien de mer parfaitement bien preparées, & garnies de leur poil. Celuy du Sauvage duquel nous avons fait mettre icy le portrait tiré au naif sur l’original, étoit de peau de deux couleurs, les bandes étoyent couppées d’une même largeur, & disposées en un si bel ordre, qu’une bande blanche étoit cousuë entre deux brunes, par une agreable assemblage. Le poil qui paroissoit en dehors étoit aussi poly, & aussi dous que du velours, & il étoit si bien couché, & les diverses pieces se rapportoient si parfaitement les unes aus autres, qu’on eut jugé au dehors que tout l’habit avoit esté taillé d’une [198] seule peau. Pour ce qui concerne maintenant la forme de la casaque & de tout l’ornement exterieur du Sauvage qui en étoit paré : le Graveur les a representez si naifvément en cette taille douce, que ce seroit un travail inutile d’en vouloir faire une plus ample description.



[199] Ces Sauvages qui habitent ce détroit, ne sortent jamais en campagne sans avoir sur l’épaule un carquois remply de fléches, & l’arc ou la lance en main. Quant aus flèches ils en ont de plusieurs sortes. Les unes sont propres pour tuer les Lievres, les Renards, les Oiseaus, & toute sorte de menu Gibier : & les autres ne sont destinées que pour abbatre les Cerfs, les Helans, les Ours, & les autres grosses bestes. Celles-là n’ont qu’environ deus ou trois pieds de longueur37, & au lieu de fer, elles ont la pointe munye d’un os delié, trenchant & fort aigu, qui a l’un des côtez herissé de trois ou quatre crochets, qui font qu’on ne les peut arracher du lieu qu’elles ont percé sans élargir la playe. Et celles-cy qui ont du moins quatre ou cinq pieds de longueur38, sont armées par le bout d’un os pointu, qui a aussi des crochets, qui sont faits comme les dens d’une Scie. Ils lancent ces dernieres avec la main ; mais pour leur donner plus de force, & faire qu’elles attaignent de plus loin. Ils attachent à leur bras droit un bois long d’un pied & demy, qui a d’un côté une assez profonde coulisse, dans laquelle ils font passer le gros bout de cette Javeline, laquelle étant dardée reçoit par ce moyen une plus forte impression, & fait un effet beaucoup plus violent.

Ils portent aussi quelquéfois à la main une espece de lance, qui est d’un bois fort & pesant, lequel est garny par le petit bout d’un os rond, dont la pointe a esté aiguisée sur une pierre, ou bien ils les munissent de ces cornes, ou dens de Poissons que nous avons décrites. Ces lances ont sét ou huit pieds d’hauteur39, & elle sont enrichies par le gros bout, de deus ailerons de bois, ou de costes de Baleine, qui leur donnent un peu plus de grace qu’elles n’auroyent sans cet ornement.

Outre plusieurs sortes d’hameçons dont ils se servent pour prendre les menus Poissons qui frequentent leurs costes, ils ont encore diverses especes de Javelots, léquels ils sçavent lancer avec une d’exterité non pareille sur les gros & monstrueus Poissons qu’ils vont chercher en pleine mer. Et afin que ceus qu’ils ont blessez avec cette sorte de d’ards, ne se puissent couler au fonds de l’eau & frustrer leur attente, ils lient au gros bout une courroye de cuir de Cerf, longue de vint-cinq ou trente brasses, & ils attachent au bout de cette [200] courroye, ou de cette ligne de cuir, une vessie enflée, laquelle retournant toujours au déssus de l’eau leur marque l’endroit où est le Poisson, lequel ils attirent à eus, ou bien ils le conduisent aisément à terre, apres qu’il s’est bien débattu & qu’il a epuisé ses forces.

Les jeunes femmes portent un habit qui n’est pas de beaucoup different de celuy des hommes : mais les vieilles se couvrent le plus souvent des depoüilles de certains gros Oiseaus, qui ont le plumage blanc & noir, & qui sont fort communs en cette terre. Elles ont l’adresse de les écorcher si proprement, que la plume demeure attachée à la peau. Ces habits ne leur battent que jusqu’au gras de la jambe. Elles sont ceintes d’une courroye de cuir, à laquelle au lieu de clefs, elles attachent plusieurs osselets qui sont pointus comme des poinçons, & de même longueur que des aiguilles de teste. Elles ne portent ni bracelets, ni colliers, ni pendans d’oreilles : mais pour tout ornement elles se font une taillade en chaque jouë, & elles remplissent la cicatrice d’une certaine couleur noire, qui selon leur opinion, les fait paroitre beaucoup plus agreables.Pendant que les hommes se divertissent à la chasse, ou à la pesche, elles s’occupent à coudre des habits, & à faire des tentes, des paniers, & tous les petits meubles, qui sont necessaires au ménage. Elles prennent aussi un grand soin des petis Enfans, & si elle sont obligées de changer de demeure, ou de suivre leurs Maris en quelque voyage, elles les portent ou les conduisent par tout où elles vont, & pour les desennuyer par le chemin, & les appaisir lors qu’ils crient, elles ont de petis Tambours, qui sont couverts de vessies de Poissons, sur léquels elles s’avent faire de si bons accords, que ceus des Tambours de Basque ne sont pas plus dous, ni plus agreables. Elles les sonnent aussi pour donner l’épouvante, & faire prendre la fuite aus Ours, & aus autres Bestes farrouches qui viennent souvent roder prés des cavernes où ces Sauvages se retirent avec leurs familles durant l’hyver : ou à l’entour des tentes sous léquelles ils logent pendant l’été. Nous avons fait mettre en ce lieu le portrait d’une de ces femmes vetuë de plumes, duquel on pourra inferer la grace que les autres peuvent avoir. [201]



Encore que ces pauvres Barbares n’ayent pas beaucoup de police, ils ont neantmoins entre-eux des Roytelets & des Capitaines qui les gouvernent, & qui president en toutes leurs assemblées. Ils élevent à ces dignitez ceus qui sont les mieus faits de corps, les meilleurs chasseurs, & les plus vaillans. Ils sont couverts de plus belles peaus, & de plus precieuses fourrures que leurs sujets, & pour marque de leur grandeur, [202] ils portent une enseigne en forme de roze de broderie, laquelle est cousuë au devant de leur casaque, & lors qu’ils marchent ils sont toujours escortez de plusieurs jeunes hommes, qui sont armez d’arcs & de fléches, & qui executent fidelement tous leurs commandemens.

Ils n’ont point l’industrie de bâtir des maisons ; mais durant l’été ils demeurent à la campagne sous des tentes de cuir, léquelles ils portent avec eus, pour les dresser en tous les endroits où ils trouvent bon de camper : & pendant l’hyver ils habitent dans des cavernes, qui sont faites naturellement dans les montagnes, ou qu’ils y ont creusées par artifice.

Ils ne sément, ni ne recueillent aucuns grains de la terre, pour l’entretien de leur vie. Ils n’ont point aussi d’arbres, ou de plantes qui leur portent des fruits qui soyent bons à manger, horsmis quelque peu de fraises, & d’une espece de Framboises : mais ils ne subsistent, comme nous l’avons déja insinué, que de leur chasse & de leur pesche. L’eau toute pure est leur boisson ordinaire, & pour leur plus delicieuse regale40, ils boivent le sang des chiens de mer, & celuy des Cerfs, & des autres animaus de terre qu’ils ont abbatus, ou qu’ils ont fait tomber dans les pieges, qu’ils leur sçavent dresser avec un merveilleus artifice.

L’Hyver étant si long & si rigoureus en cette contrée où ils habitent, il est impossible qu’ils ne souffrent beaucoup de dizette durant cette triste constitution de l’année, notamment pendant cette affreuse nuit qui les enveloppe deus mois entiers, mais outre qu’au besoin ils supportent aisément la faim, ils ont tant de prevoyance, qu’ils font sécher en esté le surplus de leur pesche & de leur chasse, & le mettent en reserve, avec toute la graisse, & le suif, qu’ils ont pû ramasser, pour la provision de cette fâcheuse & ennuyeuse saison. On dit même qu’ils sont si adroits à faire la chasse à la faveur de la Lune, que durant les plus épaisses tenebres qui les couvrent, ils sont rarément dépourveus de viandes fraiches.

Ils n’ont pas la curiosité de voir d’autre païs que celuy de leur naissance ; & s’il arrive que quelque rude tempeste, ou quelque autre rencontre, les ait poussez en quelque terre étrangere, ils soûpirent perpetuellement apres leur chere [203] patrie, & ils ne se donnent point de repos, jusques à ce qu’on les y aye rétablis : que si l’on refuse, ou qu’on differe trop à leur accorder cette grace, ils essayent de s’y rendre au peril de leur vie à la faveur de leurs petis vaisseaus, dans léquels ils s’exposent à tous les perils de la Mer, sans autre guide que celle des Etoiles, dont ils ont assez de connoissance, pour regler leur navigation sur leur cours.

Le langage dont ils se servent, n’a rien de commun avec celuy de tous les autres peuples de la terre. Nous en avons un petit Vocabulaire : mais de peur de grossir un peu trop cette digression, nous le reserverons parmy nos memoires, jusques à ce qu’un second voyage qu’on projette pour ce d’étroit, nous en ait donné de plus claires lumieres.

On n’a pas encore pû bien remarquer, qu’elle sorte de religion est en usage parmy ces pauvres Barbares : mais par ce qu’ils regardent souvent le Soleil, & qu’ils le montrent avec admiration en élevant leurs mains en haut, on a inferé de-là, qu’ils le tenoient pour leur Dieu.

Le Navire qui nous a fourny cette Relation retourna de ce d’Etroit de Davis chargé de plusieurs bonnes Marchandises, déquelles nous mettrons icy le Liste, pour montrer que le froid qui regne en cette contrée n’est pas si rigoureus, qu’il y ait gelé toute sorte de commerce.

1. Neuf cens peaus de Chiens de mer, longues pour la plûpart de set à huit pieds41, marquetées, & ondées de noir, de rous, de jaune, de tanné, & de plusieurs autres couleurs, qui relevoyent leur prix, par dessus celles qu’on voit communement en Hollande.

2. Plusieurs riches peaus de Cerfs, d’Helans, d’Ours, de Renards, de Lievres, & de Lapins, dont la plus grand’ part étoit parfaitement blanche.

3. Un grand nombre de precieuses fourrures de diverses Bestes à quatre pieds, qui sont toutes particulieres à cette region, & qui n’ont encore point de nom parmy nous.

4. Plusieurs Pacquets de costes de Baleine, d’une longueur extraordinaire.

5. Des Habits complets des Habitans du païs, dont les uns étoient de peaus, & les autres de dépoüilles [204] d’oiseaus, & de la figure que nous les avons representez.

6. Plusieurs de leurs Chemises faites de vessies de Poissons, fort proprement cousuës, de leurs bonets, gants, & bottines, de leurs carquois, fléches, arcs, & autres armes dont ils se servent, comme aussi plusieurs de leurs tentes, de leur sacs, de leurs paniers & autres petis meubles dont ils usent en leur ménage.

7. Un grand nombre de ces petis vaisseaus de mer42, qui sont faits pour porter un seul homme. Un grand Batteau long de quarante cinq pieds43 qui pouvoit porter commodement cinquante personnes44.

8. Mais ce qui étoit de plus rare & de plus precieus, c’étoit une quantité bien considerable de ces dens, ou cornes de ces Poissons qu’on appelle Licornes de mer, qui sont estimées les plus grandes, les plus belles, & le mieux proportionnées, de toutes celles qu’on à veu jusques à present.

On en a envoyé quelques unes à Paris, & en d’autres endroits de l’Europe, qui y ont esté bien receuës : mais il y a grande apparence qu’elles seront encore plus prisées, quand on aura la connoissance des admirables vertus qu’elles ont en la Medecine. Car bien-que leur beauté, & leur rareté, leur doivent faire tenir le premier rang entre les plus precieuses richesses des plus curieus cabinets : plusieurs celebres Medecins & Apoticaires de Dannemark, & d’Allemaigne, qui en ont fait les essays en diverses rencontres, témoignent constamment qu’elles chassent le venin, & qu’elles ont toutes les mêmes proprietez qu’on attribuë communement à la Corne de la Licorne de terre. En voila assés, & peutestre que trop au goût de quelques-uns, pour une simple digression.

Légende photo : Kayak du détroit de Davis, dans l’Histoire naturelle et morale des iles Antilles de l’Amérique (1658) de Charles de Rochefort | John Carter Brown Library.

Pour citer ce texte : Benoît Roux, “Sous la plage, la banquise !”, dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 09/05/2020 | https://kalinago.hypotheses.org/2116, Consulté le 28/05/2020.


  1. Charles de Rochefort, Histoire naturelle et morale des iles Antilles de l’Amérique, Rotterdam, Arnould Leers, 1658, tome 1, chap. 18, p. 184. Sauf mention contraire, toutes les citations suivantes sont issues de ce chapitre, publié à la fin de ce billet. []
  2. En 1665, Charles Rochefort lui dédie son Tableau de l’isle de Tobago, ou de la Nouvelle Oüalchre (Leyde, Jean Le Carpentier, 1665) à cet épisode. []
  3. Le Recueil de voiages au Nord, publié en huit volumes à Amsterdam entre 1715 et 1727 par le libraire huguenot Jean-Frédéric Bernard, est emblématique de cette perception du Nord. Le lecteur y découvre sans surprise des récits sur la Sibérie, le Svalbard, le Groenland et les régions septentrionales de l’Amérique, mais aussi, et c’est plus étonnant, sur la Chine, la Corée, le Mississippi ou la Californie. Cette compilation regroupe donc en réalité des témoignages sur des territoires encore méconnus en Europe, identifiés sous le toponyme générique Nord, tandis que d’autres espaces réellement boréaux mais plus familiers, tels que la Scandinavie, ne sont pas évoqués. []
  4. Au XVIIe siècle, le terme Groenland désigne de façon générale les terres arctiques européennes. L’archipel du Svalbard, par exemple, est perçu comme un prolongement ou une dépendance insulaire du continent groenlandais. []
  5. Persuadé de l’existence d’un passage du Nord-Ouest, l’explorateur anglais atteint 72° 12′ de latitude Nord en 1587, explore la Terre de Baffin et l’ouverture du détroit d’Hudson et passe à Terre-Neuve. []
  6. Voir en particulier Jan Kupp et Simon Hart, « La présence des Hollandais dans le détroit de Davis et au Labrador au dix-septième et dix-huitième siècles », Recherches amérindiennes au Québec, 1976, vol. 6, no 1, p. 12-21 ; Adrianus Maria van der Woude, Het Noorderkwartier : een regionaal historisch onderzoek in de demografische en economische geschiedenis van westelijk Nederland van de late middeleeuwen tot het begin van de negentiende eeuw, Wageningen, Veenman & Zonen, 1972, tome 2, p. 425-426. []
  7. Je précise lorsque c’est possible le terme en inuktikut, l’un des quatre grands ensembles dialectaux de la langue inuite, dans sa transcription en alphabet latin et dans le système syllabique introduit par les missionnaires anglicans à la fin du XIXe siècle. []
  8. Le tuilik est l’anorak imperméable à capuche, resserré aux manches et autour du visage, fixé de manière étanche autour du trou d’homme du kayak. []
  9. Voir à ce sujet la récente synthèse de Michael Palin — pilier des Monty Python et réalisateur de documentaires pour la BBC —, L’Erebus vie, mort et résurrection d’un navire, Paris, Paulsen, 2020. L’écrivain américain Dan Simmons revient également sur l’expédition Franklin dans son roman The Terror (Terreur, trad. J.-D. Brèque, Paris, Robert Laffont, 2008 [2007]), adapté en série télévisée pour AMC (2018). []
  10. « Le visage [de cet homme] était ovale, avec un nez assez proéminent, et n’avait rien de très différent d’un visage européen, sauf par la petitesse de ses yeux et peut-être par l’étroitesse de son front. Son teint était très frais et rouge, et il avait une barbe plus longue que ce que j’ai vu jusqu’à présent chez les autochtones d’Amérique » John Franklin, Narrative of a journey to the shores of the Polar Sea, in the years 1819, 20, 21, and 22, London, John Murray, 1823, p. 353 []
  11. Adolphus W. Greely, « The Origin of Stefansson’s Blonde Eskimo », National Geographic Magazine, vol. 23, no 12, December 1912, p. 1225-1238. []
  12. Vilhjalmur Stefansson, My Life with the Eskimo, New York, The Macmillan Company, 1913, p. 194-202. []
  13. Gísli Pálsson & Agnar Helgason, « Blondes, lost and found: representations of genes, identity, and history », Developing World Bioethics, vol. 3, no 2, 2003, p. 159-169 ; Gísli Pálsson, « Genomic Anthropology Coming In from the Cold? », Current Anthropology, vol. 49, no 4, 2008, p. 545-568. []
  14. Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècle, Tome 1 : Histoire et histoire naturelle, Paris, Flammarion, 1988, p. 180-247. []
  15. Isaac de La Peyrere, Relation du Groenland, Paris, Augustin Courbe, 1647, p. 90-91. []
  16. Balthasar de Monconys, Journal des voyages de Monsieur de Monconys, Lyon, Horace Boissat, 1666, 2e partie, 15 juillet 1663, p. 111-112. []
  17. Christoph Abraham von Eyl, Parisische Conferentzen : Darinnen Vorgetragen wird eine Historische nach dem Alphabet eingerichtete Namen-Tafel Uber alle Provintzien, Städte, Vestungen und Oerter der vereinigten Niederlande, Sultzbach, Abraham Lichtenthaler, 1672, p. 343, « Ein lang Schifflein aus Grōnland » ; Gerard Blancken, Catalogus antiquarum et novarum rerum ex longe dissitis terrarum oris, quarum visendarum copia Lugduni in Batavis in anatomica publica, Lugduni Batavorum, Jacobum Voorn, 1690, p. 6, « Navicula ex corio huc advecta ex freto Davidis » ; Res curiosæ et exorticæ in ambulacro Horti Acadmici Lugduno-Batavi conspicuae 1692, [s.n.], [s.l.], [ca 1692], « 103. Navicula ex corio confecta, ex freto Davidis, Donum D. Doude ». Les archives municipales de Leyde conservent la trace de plusieurs Doude au XVIIe siècle, dont celle de l’imprimeur Arnoldus Doude. []
  18. Michael Bernhard Valentini, Musei Museorum oder vollständigen Schau Bühne, Franckfurt am Mayn, Johann David Zunners & Johann Adam Jungen, 1714, vol. 2, p. 53, « 24. Ein Schifflein von Leder ex freto Davidis ». []
  19. Voir l’inventaire de Christian F. Feest, « North America in the European Wunderkammer before 1750 », Archiv für Völkerkunde, no 46, 1992, p. 63-72. []
  20. Sur ce concept emprunté aux médiévaux, voir Valérie Gontero, « La digression encyclopédique dans Le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure : définition et enjeux de la translatio diagonale », dans Chantal Connochie-Bourgne (dir.), La Digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2005, p. 201-211. []
  21. Flessingue. []
  22. Cornelius Lampsins (1600-1664) naît dans une famille de riches marchands qui a fui Ostende dans les années 1580 pour échapper à l’intolérance religieuse. Installés à Flessingue, les Lampsins comptent rapidement parmi les principaux négociants de la ville. Cornelius possède, avec son frère Adriaan, une importante flotte — le futur amiral Michiel de Ruyter sert d’ailleurs à ses débuts sur les navires des deux frères. Conseiller, échevin et bourgmestre de Flessingue, député aux États de Zélande et député aux États-Généraux à partir de 1654, Cornelius est aussi administrateur de la Compagnie des Indes occidentales (WIC). Dès 1654, il entreprend, avec Adriaan, de coloniser Tobago, baptisée Nieuw-Walcheren en l’honneur de l’une des îles de Zélande. []
  23. Personnage non identifié []
  24. Hendrick de Sandra (1619-1707), marchand fortuné, naît dans une famille d’origine flamande qui s’est réfugiée à Amsterdam au cours de la Guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648). Son grand-père, négociant en tripe de velours, a été l’un des premiers actionnaires de la Compagnie des Indes orientales (VOC). []
  25. Narval (Monodon monoceros). []
  26. Qajaq ou kayak. []
  27. Phoques. []
  28. Environ 5 m. []
  29. Environ 1,6 m. []
  30. Rapetissant. []
  31. Tuilik. []
  32. Umiaq. []
  33. Jour polaire ou soleil de minuit. Autour du solstice d’été, le soleil reste au-dessus de l’horizon durant plus de deux mois à la latitude 72° N. []
  34. Nuit polaire. Autour du solstice d’hiver, le soleil reste en dessous de l’horizon durant plus de deux mois à la latitude 72° N. []
  35. Boîtes. []
  36. Outre qu’ils. []
  37. Entre 0,6 et 1 m. []
  38. Environ 1,5 m. []
  39. Entre 2 et 2,5 m. []
  40. Festin. []
  41. Entre 2 et 2,5 m. []
  42. Qajaq. []
  43. Environ 15 m. []
  44. Umiaq. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.