Searchtape” : la vidéo au service de la médiation scientifique

Ces dernières années, l’évolution des supports de diffusion de l’information scientifique et l’émergence des nouveaux formats à laquelle celle-ci a conduit ont sans aucun doute modifié les pratiques de la recherche, mais aussi les habitudes de communication des chercheurs1. Parmi ces nouvelles pratiques de médiation scientifique, à travers les écrans, le format vidéo tient une place particulière. Le succès des chaînes de diffusion des savoirs scientifiques sur YouTube et les relais que celles-ci trouvent dans les médias traditionnels (presse, radio, télévision) en témoigne2.

Les universités se sont, elles aussi, emparées de ce support de vulgarisation. Depuis 2016, la série Objet de recherche, partant d’un objet emblématique de leur recherche, permet à des doctorants de la Faculté des Lettres Sorbonne Université de présenter leur thèse dans de courtes vidéos d’une à deux minutes. De même, la websérie — comme elle se définit elle-même — L’Objet de mes recherches réunit depuis 2013, autour d’un objet familier ou scientifique, les chercheurs des laboratoires de l’Université Grenoble Alpes afin qu’ils évoquent leurs travaux et leur vocation en moins de trois minutes.

C’est dans cet esprit que la série Chose dite a vu le jour à l’université de Rouen Normandie à l’occasion de la 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes en mai 2019.

Si le titre rappelle — de même que celui des projets parisiens et grenoblois — l’importance de la question de la matérialité dans les recherches en sciences humaines et sociales, il est aussi une allusion au recueil éponyme de Pierre Bourdieu (Choses dites, Éditions de Minuit, 1987), par lequel le sociologue engageait un dialogue réflexif sur ses propres travaux, au travers de longs entretiens avec des chercheurs venus d’horizons divers (ethnologues, économistes et sociologues de l’art, de la religion, de la littérature, etc.).

Ne vous privez pas de ces ressources intellectuelles au prétexte qu’elles sont intellectuelles, qu’elles sont écrites avec de grands mots3.

De fait, plutôt que de transmission neutre du savoir, l’exercice de médiation met en scène le chercheur et fait intervenir son expression subjective afin que résonne au sein de l’espace public son discours. « Je vulgarise pour mieux comprendre ce que je fais » résumait en 2001 le physicien Michel Crozon à qui la question Pourquoi vulgariser ? était posée4. « Je vulgarise pour mieux comprendre celui que je suis » pourrions-nous ajouter. « Nous sommes en 1994, j’ai 10 ans… »

Légende photo : Extrait de “Histoire d’une rencontre”, Chose dite, 2019 | Université de Rouen Normandie.

Pour citer ce texte : Benoît Roux, ““Searchtape” : la vidéo au service de la médiation scientifique”, dans Kalínago, Histoire(s) caraïbe(s) — XVIe-XVIIe siècles, 14/01/2020 | https://kalinago.hypotheses.org/1390, Consulté le 20/02/2020.


  1. Sur ces questions de médiation scientifique, voir notamment le carnet de recherche de Mélodie Faury, L’Infusoir, Réflexivités, voix, écritures. []
  2. Nous pensons, entre autres, au travail de Manon Bril et sa chaîne C’est une autre histoire (créée en juin 2015 – 332 000 abonnés), à celui de Juliette Cazes avec Le Bizarreum (créé en mars 2017 – 21 700 abonnés), ou encore à l’émission Nota Bene de Benjamin Brillaud (créée en août 2014 – 1,08 millions d’abonnés). []
  3. Pierre Bourdieu, La Sociologie est un sport de combat, un film de Pierre Carles, 2001. []
  4. Cité par Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, no 59, 2006, p. 57. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.